L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
14 décembre 2018

Sentiers de randonnée: Accès Nature n’a pas chômé en 2018

L’organisme Accès Nature Laurentides tenait le 2 décembre son assemblée générale à Lac-Supérieur: une bonne occasion de dresser le bilan de ses activités en 2018.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

Parmi les nombreuses activités d’Accès Nature, l’installation de signalisation dans le secteur du mont Durand a demandé beaucoup d’efforts cette année.
Parmi les nombreuses activités d’Accès Nature, l’installation de signalisation dans le secteur du mont Durand a demandé beaucoup d’efforts cette année.
© Photo gracieuseté

L’organisme, qui s’occupe de développer les sentiers sur le territoire compris entre Saint-Donat et la Station Mont Tremblant, a été très actif dans les environs du parc de la Fourche du Diable, là où la rivière Boulé rejoint la rivière du Diable, sur le territoire de Lac-Supérieur. Plus de 40 balises ont été installées.

Un autre secteur où Accès Nature Laurentides a été très actif est celui du mont Durand, à la limite du territoire de Val-des-Lacs et du Parc national du Mont-Tremblant. Le balisage dans ses environs s’est poursuivi tout l’été: 100 balises et poteaux ont été installés, ainsi que de la signalisation. Des discussions ont aussi été entamées avec quelques propriétaires sur le tracé du sentier afin d’obtenir des droits de passage. Puis, en octobre, les sentiers autour de ce mont et du lac Ti-Gris ont été nettoyés et un pont emporté par la crue des eaux a été remplacé.

Assurer l’avenir

Selon le président d’Accès Nature Laurentides, Serge Lacroix, la majorité du réseau de sentiers développés et entretenus conjointement par son organisme et Inter-Centre, passe sur des terres de la couronne. Toutefois, avec la densification sur le territoire de Lac-Supérieur et autour du chemin du Nordet en particulier, on voit de plus en plus de propriétés privées changer de main. Les nouveaux propriétaires ne connaissent pas nécessairement l’existence de ces organismes et souvent, un travail important de sensibilisation est à faire pour conserver les droits de passage des sentiers sur leurs lots.

« Légalement, à moins d’avoir une servitude officielle, il faut renégocier un droit de passage chaque fois qu’une propriété change de main. Cela peut mettre en péril la pérennité des sentiers, car il arrive parfois qu’un nouveau propriétaire ne veut pas permettre le passage de randonneurs sur son terrain », explique M. Lacroix. Il prend donc régulièrement le bâton du pèlerin et rencontre ces propriétaires pour les convaincre du bien-fondé d’Accès Nature.

En plus de ces rencontres avec les propriétaires privés concernés, M. Lacroix mène plusieurs discussions avec le Parc national et les municipalités pour obtenir des servitudes, afin de consolider le réseau de sentiers existant. Il pousse aussi le projet Signature, qui vise à créer un site d’escalade et un site de mise à l’eau sur la rivière du Diable à Lac-Supérieur. Certains raccordements entre des sentiers existants sont également identifiés et les dossiers cheminent.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer