L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
8 octobre 2019

Consultations publiques

Les policiers de Mont-Tremblant sous le choc

Les policiers membres de la Fraternité des policiers de Mont-Tremblant sont « sous le choc » après l’annonce de la tenue de consultations publiques sur l’abolition de la Police municipale au profit de la Sûreté du Québec au mois de novembre.

Yves Rouleau , journaliste

Le président de la Fraternité des policiers de Mont-Tremblant Serge-Alexandre Bouchard.
Le président de la Fraternité des policiers de Mont-Tremblant Serge-Alexandre Bouchard.
© (Photo Jean-Marie Savard)

«Nous avons la chance d’avoir des policiers impliqués dans la communauté et qui travaillent à offrir des services de police communautaire de proximité à la population. Est-ce que M. Brisebois (maire de Mont-Tremblant) et les conseillers veulent vraiment porter l’odieux de cette décision irréversible à deux ans des élections », a indiqué le président de la FPMT, Serge-Alexandre Bouchard.

Ce dernier met par ailleurs en doute les chiffres sur les écarts de coûts diffusés par la Ville de Mont-Tremblant dans l’avis public. « On peut faire dire ce que l’on veut bien aux chiffres », a-t-il affirmé.

« Ces chiffres ne tiennent pas compte de la centaine de services d’ordre pour des événements comme l’Ironman assurés annuellement par la Police de Mont-Tremblant qui font grimper les coûts. Aucun des détachements de la Sûreté du Québec n’en accorde autant. Avec la Sûreté du Québec à Mont-Tremblant, les organisateurs devront sans doute compter sur des agences de sécurité pour ces services d’ordre », a-t-il soutenu.

Le président syndical s’est également demandé si les chiffres fournis incluaient des montants d’argent liés aux contraventions imposées par les policiers municipaux qui vont dans les coffres de la Ville.

« Mascarade »

La Fraternité des policiers de même que la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénoncent avec des mots durs l’attitude de la Ville de Mont-Tremblant dans l’ensemble du dossier. 

« La Fraternité des policiers de Mont-Tremblant et la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPQM) prennent acte de la décision et dénoncent la mauvaise mascarade mise en scène par Luc Brisebois, maire de Mont-Tremblant, son conseil municipal et Julie Godard, directrice générale de la Ville », explique-t-on dans un communiqué conjoint.

La Fraternité des policiers et la FPQM ajoutent qu’ils perçoivent dans l’attitude des élus « un discours des deux côtés de la bouche » alors que la procédure pour le transfert de desserte s’est poursuivie même si une médiatrice avait été embauchée pour trouver des solutions afin d’améliorer le climat de travail au poste de police. « Les policiers avaient pleinement adhéré au processus », assure-t-on.

Enfin, La Fraternité des policiers de Mont-Tremblant et la Fédération des policiers et policières du Québec (FPQM) invitent par ailleurs le maire de Mont-Tremblant Luc Brisebois à tenir compte d’une pétition de citoyens contre l’abolition de la Police municipale qui sera déposée lors de l’assemblée du conseil du 15 octobre.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer