L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 novembre 2019

Mission Recyclage Compostage

Un logo qui apparaîtra un peu partout sur le territoire

Plusieurs industries, commerces et institutions de la MRC des Laurentides ont décidé de modifier leurs habitudes de travail afin de mieux gérer leurs matières résiduelles. Aujourd’hui, la Mission Recyclage Compostage Laurentides souligne la valeur de ces efforts avec la distribution d’un nouveau matériel visuel.    

Véronique Piché

Les industries, commerces et institutions sur le territoire de la MRC des Laurentides sont invités à emboîter le pas afin de recycler et composter comme le propriétaire des restaurants Valentine et Thaïzone à Mont-Tremblant.
Les industries, commerces et institutions sur le territoire de la MRC des Laurentides sont invités à emboîter le pas afin de recycler et composter comme le propriétaire des restaurants Valentine et Thaïzone à Mont-Tremblant.
© (Photo gracieuseté)

Ils viennent d’arriver! La distribution d’autocollants auprès d’industries, de commerces et d’institutions qui ont accepté l’aide gratuite de la Mission Recyclage Compostage des Laurentides commencera sous peu. Le logo, portant la mention Fier participant, indiquera que l’on se trouve en terre conquise par l’effort d’une meilleure gestion des résidus. Moins jeter et mieux gérer, des valeurs qui résonnent de plus en plus auprès des clients et usagers de partout.

Le thinking de la corbeille

« C’est la charge de travail supplémentaire qui fait d’abord peur », explique Nathalie Gara-Boivin l’agente de la Mission pour la MRC des Laurentides. Depuis un an, elle arpente le territoire, de Val- Morin à Labelle, offrant à tous de les accompagner dans cette transition de la gestion de leurs matières résiduelles. Au total, elle a effectué plus de 400 visites auprès de quelque 225 industries, commerces et institutions de la région. Transformer « le thinking de la corbeille » comme elle le dit, n’exige pas des choses inapplicables.

« Je n’impose pas, par exemple, l’installation d’un îlot de tri dans une cuisine. Je suis en mode accompagnement, donc j’observe, j’informe et je fais des suivis. L’idée, c’est de convertir ce qu’on a déjà », décrit Nathalie Gara-Boivin. De son aveu, son travail commence toujours par la création d’une relation de confiance. En même temps, les choses sont claires: en 2020, la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles interdira la disposition de toutes matières organiques dans les déchets. Alors mieux vaut s’habituer dès maintenant.

Un petit truc d’experte: « Le papier brun qu’on utilise pour s’essuyer les mains après les avoir lavées, c’est excellent dans le compost ! » Imaginons les quantités de ce papier que les écoles et les restaurants pourraient « sauver » de l’enfouissement par l’installation d’une deuxième corbeille.

Peser dans la balance

Près de la moitié (48%) des déchets enfouis du territoire de la MRC des Laurentides provient des industries, commerces et institutions, indiquait plus tôt en entrevue Brigitte Voss, spécialiste en gestion des matières résiduelles à la MRC. C’est de dire que les efforts combinés de ces acteurs importants de notre économie locale pèsent dans la balance.

Au terme de son contrat, qui se terminera en mars 2021, Nathalie Gara-Boivin espère avoir atteint son objectif, soit d’avoir rencontré un total de 1133 industries, commerces et institutions. « Jusqu’à maintenant, j’ai droit à une belle diversité : pharmacies, boutiques, restaurants… Ces temps-ci, les écoles me demandent beaucoup », dit-elle avec enthousiasme.

En somme, nous verrons bientôt apparaître chez les commerçants, restaurateurs, établissements scolaires, etc. des logos de la Mission Recyclage Compostage. Cela indique qu’ils ont commencé à faire des efforts de gestion de leurs matières résiduelles. « Vos encouragements et demandes comptent énormément », conclut Nathalie Gara-Boivin.  

Partager:

Véronique Piché

  • Courriel

À ne pas manquer