L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
29 novembre 2019

Rareté de la main-d'oeuvre dans les Hautes-Laurentides

La Ville de Mont-Tremblant, l’AVT et la MRC agissent de front

Les efforts en vase clos ne permettront pas d'actions concluantes à Mont-Tremblant, non plus que dans l’ensemble des municipalités de la MRC des Laurentides pour pallier la rareté de la main-d’œuvre.

Yves Rouleau , journaliste

De gauche à droite, le directeur du développement économique Daniel Dicaire et le maire de la Ville de Mont-Tremblant Luc Brisebois, la directrice Collectif, emploi et milieu de vie de l’AVT Raphaëlle Denault et le directeur général de la CDE de la MRC des Laurentides Paul Calce.
De gauche à droite, le directeur du développement économique Daniel Dicaire et le maire de la Ville de Mont-Tremblant Luc Brisebois, la directrice Collectif, emploi et milieu de vie de l’AVT Raphaëlle Denault et le directeur général de la CDE de la MRC des Laurentides Paul Calce.
© Photo L'info du Nord - Yves Rouleau

Telle est une des principales conclusions tirées d’ateliers et d’un sondage sur la question de la main-d’œuvre à Mont-Tremblant. Les grandes lignes ont été rendues publiques le 12 novembre, lors d’une réunion d’information publique à l’hôtel de ville de Mont-Tremblant

« Nous sommes en présence d’un défi collectif qui concerne tous les intervenants de notre région », a souligné le maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois, pour commencer la soirée. La Ville de Mont-Tremblant est un joueur important, mais elle ne peut agir seule. Tous les milieux doivent s’impliquer, a-t-il ajouté.

Dans un constat final, le directeur du développement économique de la Ville de Mont-Tremblant Daniel Dicaire a rappelé que la question de la rareté de la main-d’œuvre constituait un enjeu autant national que régional. « Il y a une nécessité de réunir tous les acteurs sur cette question pour avoir une plus grande portée dans les actions et pour que chacun apporte son expertise », a-t-il indiqué.

Cette concertation doit comprendre comme acteurs principaux, outre la Ville de Mont-Tremblant, la Corporation de développement économique (CDE) de la MRC des Laurentides, Emploi Québec, le milieu de l’éducation, la Chambre de commerce du Grand Mont-Tremblant, a-t-il précisé en faisant écho aux conclusions de la démarche de réflexion.

L’AVT et la MRC analysent la situation

Dans le sens d’un plan d’action concerté, la Ville de Mont-Tremblant avait invité la directrice Collectif, emploi et milieu de vie de l’Association de villégiature Tremblant, Raphaëlle Denault, ainsi le directeur général de la CDE, Paul Calce, à présenter les grandes lignes d’analyses des deux organismes sur la question de la main-d’œuvre.

Sur le point d’être adoptée par le conseil des maires de la MRC des Laurentides, une étude portant sur l’attraction, le recrutement et la fidélisation des employés dans la MRC a permis d’établir un manque de stratégie globale et de concertation, selon Paul Calce. De même, les initiatives pour la sédentarisation des nouveaux arrivants sont rares alors que les initiatives générales ne sont pas assez ciblées vers les travailleurs en particulier qu’ils soient immigrants, jeunes ou retraités.

La CDE souhaite une implication d’Emploi Québec, ainsi que du ministère de l’Immigration pour obtenir des résultats probants dans l’avenir. La CDE va aussi recourir au service d’une firme d’experts privés pour la seconder dans ses démarches.

À l’AVT, un comité de concertation Emploi et milieu de vie au travail a déjà permis l’implantation de certaines mesures au centre de villégiature Tremblant, a expliqué Raphaëlle Denault.

@R:Les discussions ont d’ores et déjà mené à l’amélioration du site du centre de villégiature en fonction des employés, à une bonification des événements employés de même qu’à la mise en place d’un programme d’intégration des nouveaux employés. 

Près d’une dizaine d’autres actions ont déjà été enclenchées ou sont sur le point de l’être, dont des mesures d’hébergement pour les employés temporaires et saisonniers, a indiqué Mme Denault.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer