L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
8 novembre 2019

Desserte policière à Mont-Tremblant:l’opposition ne baisse pas les bras

Des Tremblantois se regroupent pour mener une campagne orchestrée contre l’abolition de la police municipale, à la suite des consultations publiques des 1er et 2 novembre au sujet d’un changement de desserte policière au profit de la Sûreté du Québec, à Mont-Tremblant et Lac-Tremblant-Nord.

Yves Rouleau , journaliste

La réflexion sur un changement de desserte policière à Mont-Tremblant soulève les passions.
La réflexion sur un changement de desserte policière à Mont-Tremblant soulève les passions.
© Photo archives

Campagne Gofundme pour recueillir des fonds, chaîne de lettres aux élus municipaux et provinciaux et marche de protestation figurent sur le plan du regroupement de citoyens.

Les opposants veulent mettre sur pied une marche qui prendrait fin à l’hôtel de ville, juste avant la tenue de l’assemblée régulière du conseil municipal du lundi 11 novembre, la dernière en principe avant la date limite du 17 novembre identifiée par la Ville de Mont-Tremblant et la municipalité de Lac-Tremblant-Nord pour soumettre des commentaires sur le possible changement de desserte policière. « La population a clairement exprimé son mécontentement relativement aux actions de la Ville de Mont-Tremblant pour transférer la sécurité de la population à la SQ et d’abolir la police municipale », souligne Karen Sampson dans un communiqué visant à informer les Tremblantois des moyens possibles pour signifier leur opposition. Au nom des opposants, Mme Sampson a notamment fait savoir qu’un site Internet et une page Facebook ont été créés.

Nathalie Nolet, qui avait pris la parole lors de la première soirée des assemblées de consultation et qui en est ressortie déçue, est l’une des personnes qui emboîtent le pas à cette campagne.

« Je dois vous faire part de l’immense déception qui m’habite à la suite de l’exercice de consultation qui n’en avait en fait que le nom, car il s’est avéré que c'était plus un exercice d’information que de consultation. J’avais confiance que la démocratie primerait dans ce dossier épineux. Jamais je n’aurais cru que vous auriez pu escamoter autant un exercice de consultation. Jamais je n’aurais pensé être aussi déçue », écrit-elle dans une lettre qu’elle a également transmise à L’info du Nord. Elle termine sa lettre en demandant « une vraie consultation », par la voie d’un référendum auprès de la population tremblantoise.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer