L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 décembre 2019

Des enjeux devront d’abord être réglés

Le sentier de motoneige n’ouvrira pas cette saison

Le sentier de motoneige Saint-Faustin-Lac-Carré/Mont-Tremblant n’ouvrira pas pour la saison 2019-2020.

Yves Rouleau , journaliste

Les motoneigistes devront prendre leur mal en patience pour un autre hiver en attendant des solutions aux enjeux techniques, opérationnels, de sécurité et d’acceptabilité.
Les motoneigistes devront prendre leur mal en patience pour un autre hiver en attendant des solutions aux enjeux techniques, opérationnels, de sécurité et d’acceptabilité.
© Photo L'info du Nord - archives

La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) en a fait l’annonce dans un communiqué vendredi (13 décembre). « La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, de concert avec le Club de motoneige Diable et Rouge annoncent, avec grand regret, le report de l’ouverture du sentier de raccordement reliant Saint-Faustin-Lac-Carré et Mont-Tremblant », souligne-t-on.

La FCMQ évoque un ensemble de raisons techniques, opérationnelles, de sécurité et d’acceptabilité « qui ne rencontrent pas à ce stade-ci les normes exigées ».

Le groupe de travail qui avait été constitué, dans le sillage de l’alarme qu’avaient sonnée des citoyens riverains, continuera de s’employer à trouver des solutions gagnantes, indique la FCMQ. Le regroupement ajoute espérer que ces solutions permettront de répondre aux enjeux qui ont l’effet de retarder l’ouverture.

« Malgré notre déception, et celle du Club de motoneige Diable et Rouge, nous continuons de représenter l’ensemble des motoneigistes et de collaborer avec les autres partenaires pour que le sentier de raccordement puisse ouvrir l’an prochain, dans des conditions qui sauront satisfaire toutes les parties », a indiqué le président de la FCMQ Réal Camiré.

Le groupe de travail constitué pour trouver des solutions à l’impasse est composé de la députée de Labelle Chantale Jeannotte, d’élus de Mont-Tremblant et de Saint-Faustin-Lac-Carré, de représentants du ministère des Transports et de représentants de la Fédération des clubs de motoneigistes.

L’ouverture du sentier d’environ 9 kilomètres était en voie d’aménagement lorsque des citoyens ont relevé le danger qu’il représentait pour les automobilistes, son impact sur la quiétude pour les riverains et émis des doutes sur l’information préalable véhiculée au sujet du sentier.

Le groupe de travail a finalement constaté qu’une citoyenne riveraine, dont la demeure se trouvait à moins de 30 mètres du sentier comme le stipule le règlement, n’avait jamais signé de consentement. De fait, son nom avait été oublié et ne figurait pas sur une liste des riverains en deçà des 30 mètres. Le ministre des Transports François Bonnardel a immédiatement demandé que des négociations soient entreprises avec la citoyenne afin de trouver un terrain d’entente, faute de quoi le sentier resterait fermé.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer