L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
5 février 2019

Financement adéquat pour les routes

Les entreprises forestières et les municipalités font front commun

Cinq entreprises locales liées à l’industrie de la forêt s’allient aux municipalités de la MRC des Laurentides et demandent une solution pour assurer le transport de la récolte forestière tout en assurant aux municipalités les moyens financiers de préserver leurs routes sans que les contribuables locaux encaissent inconvénients et factures.

Yves Rouleau , journaliste

Le transport forestier et son impact sur les chemins municipaux, dans la MRC des Laurentides, suscite beaucoup de grogne depuis de nombreuses années.
Le transport forestier et son impact sur les chemins municipaux, dans la MRC des Laurentides, suscite beaucoup de grogne depuis de nombreuses années.
© Photo gracieuseté – Scierie Carrière

Dans un front commun inédit dans la MRC des Laurentides, selon des doyens du conseil des maires, le Groupe Spencer, Forespect, Scierie Gagnon, Groupe Crête et Scierie La Minerve apposent leur signature à côté de celle du préfet de la MRC, Marc L’Heureux, au bas d’une déclaration à l’intention du ministère des Transports du Québec. Ils y unissent leur voix pour demander une révision du système des redevances pour combler tous les besoins en matière de routes.

Plus précisément, les maires et les entreprises forestières s’entendent pour dire que le système de redevance doit être mis à jour pour faire en sorte que les municipalités touchent ultimement une somme d’argent qui leur permettrait de maintenir les routes sur leur territoire en bon état.

« Au bout du compte, l’industrie forestière et les municipalités veulent la même chose: des chemins en bonne condition et accessibles à tous », écrit-on.

Appel au gouvernement

Dans cette optique, les entreprises forestières clament « qu’elles appuient ouvertement et solidairement les municipalités de la MRC des Laurentides dans leurs démarches auprès du ministère des Transports ».

Les signataires demandent au gouvernement de faire preuve de leadership pour promouvoir l’économie régionale par le biais d’une industrie forestière durable basée sur les piliers de la qualité de l’environnement, de l’équité sociale et de l’efficacité économique.

Sur l’aspect de l’environnement, les entreprises forestières et les élus font valoir que le problème du gaz à effet de serre et des changements climatiques se conjuguent mal avec des fermetures de route qui forceraient les exploitants à de grands détours pour le transport de leur matière première.

Les entreprises forestières et les élus tombent également d’accord qu’il n’apparait pas « durable » de contraindre les municipalités à subir les conséquences du transport forestier alors que les bénéfices, pour elles, sont mitigés.

« Les relations entre les intervenants doivent être harmonieuses. Cela doit passer par une intervention politique à court terme en vue de mettre en place un système de redevance qui comblera toutes les attentes », conclut-on.

 

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer