L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:

Manque de vision et de volonté?

« Mont-Tremblant se désengage en culture » -Gabriel Lemelin

Selon l’ex-directeur du Service de la culture et des loisirs de Mont-Tremblant, Gabriel Lemelin, on assiste depuis quelques années à un véritable désengagement de la Ville dans le domaine culturel.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

Gabriel Lemelin a été directeur du Service municipal de la culture et des loisirs de 2009 à 2017.
Gabriel Lemelin a été directeur du Service municipal de la culture et des loisirs de 2009 à 2017.
© L’information du Nord – Archives

Dans une lettre envoyée au ministère de la Culture du Québec, et dont L’information du Nord a obtenu copie, l’ancien fonctionnaire municipal accuse les élus actuels de n’avoir aucune vision à long terme pour développer la culture dans sa ville. Pire, il dénonce un manque de volonté politique.

« N’y a-t-il personne au conseil municipal qui comprenne l’importance de la culture, qui est en fait l’art de vivre en communauté […]? N’y a-t-il personne à la Ville de Mont-Tremblant, troisième destination touristique du Québec, qui comprenne qu’une vie culturelle variée est aujourd’hui un ingrédient essentiel à l’essor du tourisme? », interroge-t-il dans le document, envoyé le 11 février à la ministre Nathalie Roy et à la Direction régionale du ministère.

En entrevue avec le journal, M. Lemelin a poursuivi sur sa lancée, souhaitant susciter un véritable débat sur la culture en région. « Au Québec, il n’y a qu’une centaine de municipalités et MRC qui ont des ententes de développement culturel avec le ministère. Nous avions la chance que Mont-Tremblant en fasse partie, mais depuis 2017, elle ne l’a pas renouvelé: elle se prive donc volontairement de subventions gouvernementales pour développer le créneau culturel sur son territoire », avance-t-il.

La Ville se défend

Interrogé à ce propos, le maire Luc Brisebois a répondu par voie de courriel. « Je ne répondrai pas à toutes les allégations de M. Lemelin, a-t-il déclaré. C’est vrai que la Ville n’a pas renouvelé son entente avec le ministère de la Culture, la raison en est fort simple. Il y a eu le départ de M. Lemelin le 24 février 2017, les opérations du service ont été prises par une personne intérimaire. Vous connaissez le problème de pénurie de main-d’œuvre… la nouvelle directrice n’a pu être embauchée que le 15 janvier 2018. »

L’ancien directeur du Service de la culture rejette pour sa part catégoriquement de prendre le blâme pour ce non-renouvellement. « Je savais qu’en partant, ce serait difficile de tout mettre en place. Quand j’ai choisi de partir, une fois que le nouveau plan en culture de la Ville a été adopté en novembre 2016, je leur ai offert de tout préparer pour le renouvellement de l’entente de développement culturel entre la Ville et la province, et on m’a répondu non. »

Résultat: Gabriel Lemelin a l’impression qu’on a « jeté le bébé avec l’eau du bain » et que les huit ans qu’il a passés à la tête du Service municipal, à tenter de développer diverses initiatives culturelles à Mont-Tremblant, n’ont servi à rien. « C’est le citoyen qui est perdant dans tout ça. Si je prends l’exemple des concours Mon Tremplin Mont-Tremblant et Mont-Tremblant, tes jours sont contés, on refusait des inscriptions. Les citoyens y trouvaient leur compte, mais maintenant, tout ça, c’est fini! »

Quel avenir?

Gabriel Lemelin accuse également la Ville de manquer de vision au plan culturel. « La moitié du budget en culture va aux bibliothèques et il ne reste que des miettes pour tout le reste, avance-t-il. On a toujours la même vision à Mont-Tremblant: on investit dans des festivals, qui sont un peu la fonction économique de la culture. Mais pour le développement de la culture, l’artiste qui a besoin de soutien pour son projet ou l’atelier qui peut faire naître l’étincelle, ça, c’est laissé sur les lignes de côté. »

Là encore, le maire Brisebois assure que la Ville revoit présentement son plan stratégique et qu’à l’intérieur de celui-ci, « il y aura le développement d’une politique culturelle collée sur la réalité de Mont-Tremblant. En temps et lieu, il est clair que la Ville de Mont-Tremblant via son Service de la culture et des loisirs va continuer sa démarche avec le ministère de la Culture pour d’autres ententes et partenariat. »

Pour voir l'état des lieux des investissements culturels de la Ville de Mont-Tremblant, depuis 2010, cliquez ici.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer