L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 avril 2019

- Jacques Telmosse, pasteur de l’Assemblée chrétienne

« On se sent agressé et menacé »

Le pasteur de l’Assemblée chrétienne de Mont-Tremblant Jacques Telmosse a indiqué à L’information du Nord qu’il n’avait pas vraiment d'idée de qui pouvait être l’auteur de ces actes de vandalisme perpétrés contre leur église.

Yves Rouleau , journaliste

Si vous avez des informations à transmettre sur ce crime, communiquez avec le capitaine Pierre Caron, responsable des enquêtes criminelles au Service de police de Mont-Tremblant, au 819-425-2723. Vous pouvez également signaler toute information pertinente de façon totalement anonyme via la ligne Échec au crime en composant le 1-800-711-1800.
Si vous avez des informations à transmettre sur ce crime, communiquez avec le capitaine Pierre Caron, responsable des enquêtes criminelles au Service de police de Mont-Tremblant, au 819-425-2723. Vous pouvez également signaler toute information pertinente de façon totalement anonyme via la ligne Échec au crime en composant le 1-800-711-1800.

« On a quelques hypothèses, mais on est surtout dans le noir. Il n’y a pas eu de lettres de menaces ou quoi que ce soit du genre, pas de fidèles qui auraient eu, dernièrement, des raisons de nous en vouloir, peut-être dans un passé lointain, mais pas en ce moment », a soutenu le pasteur.

Il n’y a eu aucun vol, que du verre brisé, a précisé le pasteur Telmosse. Ce dernier ajoute qu’il allait rencontrer le pasteur de l’Alliance chrétienne et missionnaire de Sainte-Agathe-des-Monts. Il sait que cette dernière église a été attaquée au moins cinq ou six fois assez récemment.

Pour ce qui est de l’Assemblée de Mont-Tremblant, outre les récentes attaques, on avait laissé des graffitis à deux reprises avant les Fêtes. « C’était comme une espèce de cercle. Ce n’était pas un symbole très connu, mais d’après ce qu’on a pu comprendre, ça voulait dire allez-vous en d’ici », a mentionné le pasteur Telmosse.

Par ailleurs, Jacques Telmosse dit ne pas s’étonner de ces attaques contre son église. « Il y a une vague de haine contre toutes les religions en ce moment », a-t-il dit.

Il a admis que ces événements créaient une certaine insécurité chez lui et sans doute chez ses fidèles. « On se sent agressé et menacé », a-t-il mentionné.

 

 

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer