L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 mai 2019

Relais pour la vie de Mont-Tremblant

Une famille unie pour lutter contre le cancer

Pierre-Luc Bouffard et Amélie Labrosse célébreront 10 ans de mariage cette année, et pour leur anniversaire, ils passeront la nuit debout, au Relais pour la vie de Mont-Tremblant.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

Une famille soudée après l’épreuve qu’elle a traversée. Sur la photo de gauche à droite: Amélie Labrosse, Mélia Bouffard, Pierre-Luc Bouffard et Lory Ann Bouffard.
Une famille soudée après l’épreuve qu’elle a traversée. Sur la photo de gauche à droite: Amélie Labrosse, Mélia Bouffard, Pierre-Luc Bouffard et Lory Ann Bouffard.
© L’information du Nord – Maxime Coursol

Le couple, qui a deux filles, célèbre son anniversaire de mariage depuis trois ans lors de cette activité de financement au profit de la Société canadienne du cancer (SCC). Il faut dire que pour Pierre-Luc, l’événement est incontournable: lui-même est passé bien près de perdre la vie à cause du cancer.

« Marcher 12 heures en pleine nuit, comparé à un traitement de chimiothérapie, c’est quoi? C’est rien! C’est pour ça que c’est important pour moi de redonner, maintenant que je m’en suis sorti: car si ce n’était pas de la recherche sur le cancer, je ne serais peut-être même plus là », déclare le jeune père de famille, résidant d’Arundel.

10 heures sur la table

Tout commence en octobre 2015, alors que Pierre-Luc se rend à l’hôpital de Rivière-Rouge, croyant faire une pneumonie. C’était plutôt une embolie pulmonaire, qui a permis de découvrir un cancer de stade 3, très agressif. « Au début, on m’a dit que c’était un cancer du rein. On enlevait le rein et on en parlait plus. Mais une biopsie et différents scans ont fini par mettre à jour que c’était autrement plus grave. J’avais un cancer si rare que j’étais seulement le 350e au monde qui était diagnostiqué », raconte-t-il.

Après 10 heures sur une table d’opération le 11 mars 2016, il a également suivi des dizaines de traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Grâce aux avancées récentes de la recherche sur le cancer, il a pu guérir et surtout, retrouver la même qualité de vie qu’avant, même s’il a fallu, en plus de lui enlever un rein, lui couper les abdominaux et remplacer sa veine cave vers le cœur.

Vivre la maladie en famille

Si Pierre-Luc Bouffard a vécu des moments difficiles à cause du cancer, sa famille n’a pas été épargnée. Sa conjointe Amélie a pris une année sabbatique pour l’accompagner à ses multiples rendez-vous et le supporter. Ses filles Lory Ann (alors âgée de 7 ans) et Mélia (5 ans) ont également été informées de la situation et, malgré leur jeune âge, ont joué à l’infirmière avec leur père, ce qui a soudé de façon très serrée les liens de toute la famille.

Amélie avoue que la situation a été très difficile, mais ajoute qu’aucun membre de la famille ne s’est laissé abattre par l’épreuve. « C’est sûr que quand le diagnostic tombe, tu capotes un peu, confie-t-elle. Mais après, tu te reprends. La vie continue malgré le cancer. Aucun de nous n’a jamais voulu se laisser aller à la déprime. »

Le Relais

Amélie ayant fait en 2015 le Relais pour la vie avec des collègues de travail, il allait de soi pour la famille, une fois les traitements derrière elle, d’y participer. Depuis 2017, chaque année, ils forment une équipe et amassent des fonds pour la SCC. Cette année, à la demande de Kim Spidalieri, membre du comité organisateur du Relais de Mont-Tremblant, Pierre-Luc Bouffard a accepté la présidence d’honneur, mais conjointement avec son épouse et ses filles.

La famille entend maintenant encourager la population à participer à l’événement et à y contribuer par des dons. « C’est tellement un beau moment, il y a tellement de témoignages inspirants, c’est une nuit magique », déclare Amélie. Elle remercie du même souffle les amis de ses filles et leurs parents qui les soutiennent année après année, ainsi que le personnel de l’école Arc-en-Ciel où vont Mélia et Lory Ann.

Le Relais pour la vie de Mont-Tremblant se déroule au Domaine Saint-Bernard, les 7 et 8 juin. Pour s’y inscrire, on peut visiter le site www.relaispourlavie.ca.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer