L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
21 mai 2019

Antenne de télécommunications: Mont-Tremblant dénoue l’impasse

Un projet controversé de tour de télécommunications, prévu près du projet de condos Boréalis, ne verra finalement pas le jour à Mont-Tremblant.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

Suite à la vive opposition des résidants du projet Boréalis, la Ville entend maintenant installer une nouvelle antenne pour les cellulaires à la sablière municipale plutôt qu’à proximité du golf le Diable.
Suite à la vive opposition des résidants du projet Boréalis, la Ville entend maintenant installer une nouvelle antenne pour les cellulaires à la sablière municipale plutôt qu’à proximité du golf le Diable.
© L’information du Nord – Maxime Coursol

Lors de sa dernière assemblée, le 13 mai, le conseil municipal a en effet modifié un règlement de zonage pour permettre l’installation d’une tour de télécommunications sur le site de la sablière municipale. Les élus comptent ainsi éviter de voir l’antenne que Bell Canada désire installer sur le territoire s’installer sur un terrain entre le projet Boréalis et le trou numéro 6 du golf le Diable, non loin de la montée Ryan.

Le maire Luc Brisebois a précisé que le site retenu, qui se trouve au bout complètement du chemin de la Sablière, dans le secteur de l’ancien pont de fer, se trouve à 300 m de toutes résidences, alors que l’autre site projeté se situait à 150 m environ des bâtiments du Boréalis. « Nous avons vérifié et la réception des ondes serait très bonne sur ce site, nous avons donc choisi de le privilégier plutôt qu’un autre emplacement », a-t-il déclaré.

Un optimisme prudent

C’est en février dernier que le conseil avait déposé un projet de modification au zonage pour permettre l’érection d’une tour de télécommunications d’une hauteur de 80 m non loin du Boréalis. Tant des résidants de ce projet de condos que des citoyens vivant dans les environs du site s’inquiétaient de l’impact de cette antenne sur le paysage et sur leur santé, les ondes électromagnétiques soulevant les passions de certains.

Une des opposantes qui s’était manifestée alors est Julie Couture, résidante du chemin des Eaux-Vives. Elle se dit satisfaite de voir que la Ville reconsidère sa position en déplaçant l’antenne ailleurs. Cela dit, elle demeure prudente. « Des études montrent qu’une exposition prolongée aux champs électromagnétiques peut être problématique sur le plan de la santé. C’est pourquoi je leur avais suggéré d’installer la tour au sommet d’une montagne. Reste que je trouve ça bien qu’ils proposent un deuxième emplacement, c’est la preuve qu’on a été écouté », a-t-elle confié à L’information du Nord.

Rappelons que dans un article publié le 13 mars dans L’information du Nord, la Ville avait déclaré par la bouche de sa directrice des communications que « c’est important pour la Ville de protéger ses sommets et flancs de montagne ». Elle avait mentionné du même souffle que le réseau actuel des télécommunications était saturé à Mont-Tremblant et que l’installation d’une nouvelle antenne cellulaire était nécessaire pour assurer une couverture complète du territoire de la Ville, notamment par les services d’urgence.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer