L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 juin 2019

Avec 5 entreprises d'ici

Une nouvelle coopérative pour le terroir laurentien

VÉRONIQUE PICHÉ - Des producteurs agricoles de la région unissent leurs efforts afin de mettre en place un réseau de distribution efficace de leurs produits auprès des détaillants et restaurateurs. La coopérative Terroir Laurentien, créée au printemps 2018, est maintenant opérationnelle.

Selon Mathieu Roy, président de la Coop Terroir Laurentien, les demandes des citoyens pour des produits alimentaires d’ici auprès des détaillants et restaurateurs porteront fruit et c’est toute l’économie locale qui en sortira gagnante.
Selon Mathieu Roy, président de la Coop Terroir Laurentien, les demandes des citoyens pour des produits alimentaires d’ici auprès des détaillants et restaurateurs porteront fruit et c’est toute l’économie locale qui en sortira gagnante.
© Photo gracieuseté

« C’est un irritant majeur le temps de transport. Pendant que je suis pris dans le trafic à Montréal, je n’arrête pas de me dire que je pourrais être sur ma ferme. Que j’ai plein d’autres choses à faire. » Cette déclaration, c’est celle de Mathieu Roy, copropriétaire de la ferme maraîchère biologique la Récolte de la Rouge, située à Brébeuf. Et ce constat, il n’était pas le seul à le faire.

La coopérative Terroir Laurentien regroupe actuellement cinq entreprises productrices de la région, soit la Ferme aux petits oignons (Mont-Tremblant), le petit rucher du Nord (Brébeuf), Violon et Champignon (Sainte-Lucie-des-Laurentides), la Ferme Picardier (Brébeuf) et la Récolte de la Rouge. D’autres producteurs locaux souhaiteraient se joindre au groupe.

Mise en commun

Pourquoi chacune de ces entreprises aurait son camion, sa livraison et ses clients ? La mise en commun des prises de commande et des livraisons permettra de faciliter la distribution des produits alimentaires du groupe, explique Mathieu Roy, aussi président de la jeune coopérative. C’est d’ailleurs ça la mission de Terroir Laurentien, poursuit-il. Et la distribution vers les clients des Laurentides – ainsi que ceux du corridor qui longe l’autoroute 15 jusqu’à Montréal – sera beaucoup plus efficace.

Début juin, un événement privé marquait le coup d’envoi de la Coop Terroir Laurentien. Chefs et restaurateurs y étaient conviés. M. Roy souligne la présence d’un sous-chef du Fairmont de Mont-Tremblant : « La montagne, c’est un marché de proximité, mais étrangement plus difficile d’accès. »

Perle rare recherchée

Le grand défi de Terroir Laurentien sera de trouver un chargé de projet qui gèrera toute la distribution des produits de groupe. M. Roy explique que les membres de la coopérative espèrent dénicher cette perle rare: une personne passionnée par le terroir laurentien, qui saura le vendre en direct aux restaurateurs et détaillants. Aussi, ce collaborateur essentiel devra être à l’aise avec la conduite d’une camionnette, même dans le centre-ville de Montréal. Avis aux intéressé(e)s!

Le site Facebook de la coopérative annonce être « à un cheveu de ses premières livraisons ». En attendant d’avoir trouvé cette perle rare, ce sont les membres du groupe qui assureront à tour de rôle la distribution.

Consommer local

De plus en plus de gens s’intéressent à ce qu’ils consomment et privilégier des aliments locaux au quotidien comporte de nombreux avantages énonce ’organisme Équiterre, l’un des plus influents au Québec en matière d’environnement.

Mathieu Roy indique que les demandes des citoyens pour des produits alimentaires d’ici auprès des détaillants et restaurateurs porteront fruit. Et c’est toute l’économie locale qui en sortira gagnante.

La Coop Terroir Laurentien remercie ses partenaires, soit la MRC des Laurentides, l’UPA Laurentides ainsi que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Information: www.terroirlaurentien.com

À LIRE AUSSI DANS NOTRE DOSSIER:

-FORÊT: un guide d’identification du terroir sauvage

-Dans l’univers de Violon et Champignon

-Les produits forestiers non ligneux « valorisent à la fois nos forêts et nos terres agricoles »

Partager:

À ne pas manquer