L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:

Rachel Lapierre: le triathlon dans le sang

SANDRA MATHIEU - Rachel Lapierre est bien connue dans la région pour son incroyable don de soi et ses bonnes actions contagieuses avec le Book humanitaire, mais saviez-vous que depuis quelques années, elle est une passionnée de triathlon et elle participe avec plusieurs membres de sa famille au Ironman de Mont-Tremblant? Elle a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions!

Rachel Lapierre.
Rachel Lapierre.
© Photo gracieuseté - Archives

Pouvez-vous nous raconter vos débuts dans le sport?

À 40 ans, j'ai commencé à courir! Mon copain courait et moi je détestais ça. Il m'a dit viens 10 fois et si tu n'aimes pas ça, j'arrête de te le demander. La première fois, après 1 km, j'ai vomi. La deuxième fois, j'ai aussi vomi, mais j'ai continué. La septième fois, j'ai commencé à aimer ça!

Quand avez-vous fait le grand saut?

Nous étions déjà bénévoles au Ironman et, un soir, en voyant les gens arrivés au finish, sur un coup de tête nous nous sommes inscrits au demi. Je n'avais pas fait de vélo depuis ma jeunesse, mais j'ai fait de la nage synchronisée toute mon enfance. Le lendemain je me suis acheté un vélo à rabais et je suis allée dans un stationnement pour essayer les pédales à clips. Je me suis fait un petit plan d'entraînement et nous avons réussi notre premier demi. Jusqu’à maintenant, j'ai complété sept demis et deux Full Ironman.

Qu’est-ce que vous apporte l’entraînement?

Le plus grand bien. Lorsque je fais de l'exercice, je fais le vide total. Comme je ne suis pas très bonne, je me concentre sur ma respiration et je ne pense à rien. Le jour de l’événement, je dépasse une limite que je ramène dans ma vie par la suite. Quand on pense craquer, c'est là que tout se joue, c'est là où tu grandis, c'est là où tu te parles, tu négocies, tu ris, tu pleures parfois, mais il ne faut surtout pas abandonner.

Quel est votre objectif à plus long terme?

Continuer à prendre ce temps pour moi. C'est un grand privilège de pouvoir bouger, faire du sport et être bien. Avec le temps, je ne suis pas vraiment meilleure, car je devrais y mettre plus de temps, mais quel plaisir j'y trouve. Le jour où je ne m’amuserai plus, je ferai autre chose.

Le triathlon, c’est une histoire de famille pour vous?

L'année dernière, nous étions huit à participer dans différentes épreuves. Nous organisons des journées d’entraînement parfois le week-end. Nous partons tous de points différents pour nous rejoindre au final à un endroit où nous mangeons tous ensemble. Pas de compétition, chacun y va à son rythme.

Que pensez-vous du Ironman de Mont-Tremblant?

Je suis sous le charme. Nous sommes traités comme des athlètes. Les bénévoles sont extraordinaires. Le site est magique et tout est mis en place pour faire du week-end un moment qui reste gravé dans nos cœurs pour la vie. 

L'information du Nord a par ailleurs fait une entrevue avec l'humoriste bien connu Maxim Martin, qui participera lui aussi à l'Ironman 70.3. Pour connaître tous les détails sur cette course, cliquez ici.

Partager:

À ne pas manquer