L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
19 juillet 2019

L'établissement fête son dixième anniversaire

« Le Casino de Mont-Tremblant atteint sa vitesse de croisière » - Alain Miroux

Les débuts ont été plus difficiles que prévu, ce qui a forcé l’entreprise à réaligner le modèle d’affaires, mais tout ça est de l’histoire ancienne pour le Casino de Mont-Tremblant, assure son directeur général Alain Miroux.

Yves Rouleau , journaliste

Le directeur général du Casino de Mont-Tremblant Alain Miroux.
Le directeur général du Casino de Mont-Tremblant Alain Miroux.
© Photo L'information du Nord - archives

« Nous avons atteint notre vitesse de croisière », souligne-t-il lors d’une entrevue avec <@Ri>L’information du Nord<@$p> qui constituait un point de presse marquant le 10e anniversaire d’existence de la maison de jeu.

 Le Casino de Mont-Tremblant a mis trois ans à atteindre la rentabilité », a reconnu le directeur général tout en rappelant les événements qui ont complètement chambardé le plan d’affaires qui avait été établi. « Intrawest prévoyait un grand projet hôtelier pour le Versant Nord, mais celui-ci n’a jamais vu le jour », rappelle-t-il.

Un modèle divertissement

Par conséquent, la Société des casinos a dû réviser son plan de match et opter pour un modèle divertissement. L’installation de nouvelles machines à sous au goût du jour et l’offre de spectacles avec des thématiques « comme les autres casinos » ont été des pièces maîtresses de la relance, souligne Alain Miroux.

Ce dernier souligne que la pérennité du Casino ne fait plus de doute avec un retour sur l’investissement intéressant.

C’est donc dans une ambiance optimiste que le Casino de Mont-Tremblant lançait récemment ses célébrations de 10e anniversaire. Les principaux partenaires étaient conviés à une réception le 21 juin. Gregory Charles offrait un spectacle intime au restaurant Altitude pour l’occasion. « Ce n’est que le lancement. D’autres activités sont à venir », indique le directeur général.

La Société des casinos souhaite continuer à se mettre à jour en créant notamment une zone populaire auprès de plus jeunes joueurs. En même temps, on constate d’un bon œil une amorce de développement sur le Versant Nord avec la construction de complexe de C Hôtel, ce qui ouvre des possibilités de partenariat pour le Casino. « C’est un premier projet, certainement un pas dans la bonne direction », souligne Alain Miroux.

Défi main-d’oeuvre

Le Casino de Mont-Tremblant va bien, mais il n’est pas pour autant sans défi à relever au quotidien. L’entreprise est elle aussi touchée par la pénurie de main-d’œuvre, mais on estime bien s’en sortir malgré tout dans le contexte.

 Nous sommes chanceux de pouvoir compter sur des employés loyaux. Le recrutement est certes plus difficile dans les restaurants que ce soit pour le cuisinier ou le laveur de vaisselle et ça représente un défi pour notre direction aux opérations. Nous avons l’avantage cependant d’offrir des conditions de travail avantageuses, ce qui fait qu’on s’en sort généralement assez bien », affirme-t-il.

Le Casino de Mont-Tremblant veut par ailleurs continuer à s’impliquer dans la communauté par le biais de commandites à l’Ironman et d’autres événements. Alain Miroux ne veut pas passer sous silence l’implication du Casino et de son personnel auprès de Moisson-Laurentides. « La sécurité alimentaire nous préoccupe beaucoup », souligne-t-il.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer