L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
30 août 2019

Les Laurentides auront un pôle régional en enseignement supérieur

Le gouvernement du Québec a annoncé le 27 août l’octroi d’un montant de 250 000$ pour mieux arrimer la formation postsecondaire au milieu professionnel dans les Laurentides.

Maxime Coursol

La directrice du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine Le Gal.
La directrice du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine Le Gal.
© L’information du Nord – Maxime Coursol

L’annonce, faite par la ministre responsable des Laurentides Sylvie D’Amours, concerne les deux collèges sur le territoire (Lionel-Groulx et Cégep de Saint-Jérôme), ainsi que les campus universitaires de Saint-Jérôme (UQO) et Mont-Laurier (UQAT). « Notre but, c’est qu’il y ait une plus grande cohérence entre les parcours d’études offerts sur le territoire et le maillage avec le milieu socioéconomique. C’est une voie incontournable en 2019 », a déclaré la ministre.

Cet argent sera investi pour adapter le milieu de l’éducation postsecondaire à la nouvelle génération. Plusieurs essais et erreurs sont à prévoir, affirme la directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine Le Gal. « Il y aura de l’exploration et de l’évaluation de nouveaux programmes, explique-t-elle. On veut aussi mettre sur pied des projets-pilotes pour revoir certains programmes actuels. »

Un des exemples évoqués est la création d’une formation en sciences humaines spécifique pour les futurs enseignants, afin qu’ils soient mieux outillés avant d’entrer à l’université. On projette aussi de créer un parcours adapté aux étudiants autochtones, qui prendrait en compte leurs valeurs et leur culture, afin de favoriser leur diplomation.

Réactions locales

Du côté du Centre collégial de Mont-Tremblant (CCMT), il est encore trop tôt pour dire comment cette concertation lui bénéficiera. La directrice générale Le Gal assure cependant qu’il pourrait profiter lui aussi de projets-pilotes.

« Nous visons une construction en 2020, rappelle-t-elle. Le fait d’avoir une nouvelle bâtisse permettra de bonifier notre offre de programmes, puisque l’espace sera disponible. Québec nous a déjà confirmé que nous pourrons lancer en 2020 un programme en gestion hôtelière, en partenariat avec l’ITHQ. On veut aussi attirer plus d’étudiants étrangers à Mont-Tremblant, pour ensuite favoriser leur rétention ici puisqu’ils auront fait toutes leurs études au Québec. »

Mme Le Gal ajoute que les Laurentides sont « une mosaïque de réalités » et affirme que ce fait sera pris en compte par le nouveau pôle régional en enseignement supérieur.

Paul Calce, président du Cégep de Saint-Jérôme et directeur général de la Corporation de développement économique de la MRC des Laurentides, applaudit pour sa part à cette annonce. « Il faut arrêter d’être en compétition les uns contre les autres. Nos institutions postsecondaires vont maintenant travailler ensemble pour répondre à la demande des employeurs », croit-il.

Le préfet de la MRC, Marc L’Heureux, abonde dans le même sens. « C’est important que l’école soit à l’écoute des besoins de la communauté, argue-t-il. Notre gros enjeu, dans le nord, c’est la rétention de nos jeunes. Avec une plus grande intégration régionale, je crois qu’on va limiter les départs vers Montréal. »

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer