L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
28 février 2020

Sentier de motoneige

Le rapport d’inspection du MTQ soulève des inquiétudes

Le ministère des Transports s’inquiète vivement de la sécurité des éventuels usagers du sentier de motoneige Saint-Faustin-Lac-Carré/Mont-Tremblant lors d’opérations de déneigement de la route 117.

Yves Rouleau , journaliste

La proximité avec la route 117 du sentier de motoneige Saint-Faustin-Lac-Carré/Mont-Tremblant préoccupe un inspecteur du MTQ.
La proximité avec la route 117 du sentier de motoneige Saint-Faustin-Lac-Carré/Mont-Tremblant préoccupe un inspecteur du MTQ.
© Photo L'info du Nord - archives

Après avoir relevé plusieurs anomalies dans l’aménagement du sentier de motoneige dans un rapport d’inspection récent daté du mois de janvier, l’ingénieur du MTQ, Mario Fortin, souligne dans ses recommandations finales l’aspect de la sécurité pour les motoneigistes en lien avec la 117.

« Plusieurs problématiques ont été soulevées et des solutions viables devront être trouvées afin que les motoneigistes puissent circuler en toute sécurité, particulièrement lors des opérations de déneigement, qui s’en trouveront complexifiés », s’inquiète l’ingénieur.

Cet aspect des risques lors du déneigement de la route 117 compte parmi les raisons qui ont entraîné la fermeture du sentier pour tout le présent hiver en décembre dernier. Le sentier d’environ neuf kilomètres était attendu depuis plusieurs années par les motoneigistes. Il devait rétablir un pont entre divers sentiers régionaux à la hauteur de Saint-Faustin-Lac-Carré et Mont-Tremblant après la fermeture aux motoneiges d’un segment du sentier du P’tit train du Nord à la suite du jugement Langlois.

Des résidents riverains ont sonné l’alarme cet automne affirmant que le sentier constituait un danger pour les automobilistes. Une autre résidente a soutenu que le sentier ne respectait pas la distance minimum réglementaire avec sa demeure. Le MTQ a reconnu que cette dernière résidente n’a jamais accordé son consentement. Ce fait a incité le ministre des Transports à suspendre l’ouverture du sentier. Quelques jours plus tard, le sentier a été définitivement fermé pour l’hiver à la lumière des conclusions d’un rapport d’inspection technique du Ministère des Transports.

Des problèmes à corriger

Un premier rapport d’inspection préliminaire en septembre 2019 relevait de nombreuses anomalies et motifs de préoccupations. Le rapport d’inspection technique daté du mois de janvier signale que « certaines problématiques ayant été observées et qui devront être répondues et corrigées au besoin par le club de motoneige ».

Le rapport mentionne plus d’une douzaine de problèmes qui nécessiteront des correctifs, outre la conclusion finale concernant la sécurité des motoneigistes pendant le déneigement de la route 117.

Ces anomalies font état de problèmes de drainage possibles à cause d’un ponceau trop court, d’un milieu humide qui est traversé dans son centre par le sentier, de sols à nu près d’un ruisseau qui devront être stabilisés rapidement.

Un des problèmes les plus graves se retrouve dans une section du sentier très contiguë à la route 117. L’ingénieur Mario Fortin indique que la neige compactée par les motoneiges créera une barrière entre la route et le fossé et empêchera l’eau de s’écouler lors de pluie ou à la fonte des neiges. « D’importantes accumulations d’eau pourraient se former sur la route 117. Cette situation pourrait occasionner un problème sécurité pour les usagers » , indique l’ingénieur qui précise que ce problème n’avait pas encore été résolu.

D’autres interrogations sont soulevées dans le rapport et ne trouvent toujours pas de réponse. Ainsi, on s’inquiète du drainage en de nombreux endroits, ce qui pourrait donner lieu à des problèmes d’érosion.

L’inspecteur souligne de plus d’autres anomalies de construction qui pourraient constituer un danger pour les motoneigistes comme des systèmes de retenu aux approches des ponts incomplets ou la présence de haubans d’Hydro-Québec en interférence avec le sentier, ou une glissière surplombant un mur de soutènement à très faible distance de la route 117 qui ne protège pas adéquatement les motoneigistes, ou enfin, des glissières de sécurité qui devront être doublées.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer