L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
7 février 2020

Entre Labelle et Rivière-Rouge

Québec améliorera la sécurité sur la route 117

L’étude d’opportunité sur les travaux à faire pour améliorer la sécurité de la route 117 au nord de Mont-Tremblant sera déposée ce printemps et la décision sur le scénario favorisé sera alors annoncée, a déclaré le ministre des Transports du Québec François Bonnardel.

Maxime Coursol

Le pont Ouellet, situé dans une courbe au km 148 de la 117, est un des endroits identifiés comme très dangereux pour les usagers de la route.
Le pont Ouellet, situé dans une courbe au km 148 de la 117, est un des endroits identifiés comme très dangereux pour les usagers de la route.
© Photo L'info du Nord - archives

C’est à la sortie de sa première rencontre avec tous les représentants du comité SOS 117, au Manoir Saint-Sauveur, que le ministre a fait cette annonce. Il avait rencontré les membres du comité avec la ministre responsable de la région des Laurentides Sylvie D’Amours et la députée de Labelle Chantale Jeannotte. Lors de cette rencontre, les trois solutions possibles pour améliorer la sécurité sur la 117 ont été évoquées: la construction de quatre voies jusqu’à Mont-Laurier dans l’emprise actuelle, la construction d’un tout nouvel axe de la 117 sur quatre voies, ou encore des aménagements sur la route actuelle, sans l’élargir.

« Lorsque nous sommes arrivés au gouvernement, nous avons tout mis en œuvre pour faire avancer ce dossier le plus rapidement possible, a avancé le ministre. Nous avons fait plus dans les 15 derniers mois pour la route 117 qu’en 15 ans de gouvernement libéral. Nous avons comme échéancier de prendre une décision d’ici la fin du printemps. Il faut que ça bouge! »

M. Bonnardel n’a pas voulu s’avancer sur lequel des trois scénarios serait retenu par le gouvernement, se bornant à dire qu’il avait le désir de prendre « la meilleure décision possible pour rendre la 117 plus sécuritaire ». Il a cependant reconnu que le scénario des aménagements des zones accidentogènes de la route pourrait se concrétiser plus rapidement qu’un élargissement à quatre voies. On parle de 2022 pour lancer le chantier dans le cas des aménagements, alors qu’il faudrait attendre au moins une année de plus si un des deux scénarios d’élargissement est choisi.

Des améliorations tout de suite

Le ministre Bonnardel a par ailleurs annoncé que dès cet été, une bande rugueuse devrait être installée sur 14 km, sur le tronçon entre Rivière-Rouge et Labelle. Des travaux routiers auront également lieu à la hauteur du pont Ouellet (km 148) pour faire suite à une recommandation du coroner. La surface de roulement sera refaite et le ministère corrigera l’inclinaison de la route et la dépression aux approches du pont, le tout pour améliorer la sécurité du secteur. Rappelons que le 2 janvier encore, deux personnes y ont perdu la vie dans un accident.

Le ministre a confirmé par ailleurs que son ministère étudiait présentement l’idée d’implanter une bande rugueuse sur 70 km, jusqu’à Mont-Laurier, durant l’été 2021. À savoir si des glissoires à câbles seraient également installées sur le tronçon problématique, comme sur l’autoroute 50 en Outaouais, M. Bonnardel n’a pas voulu s’avancer. « Nous voulons attendre après avoir mené le projet-pilote sur l’A-50 pour décider si on ira dans ce sens-là aussi sur la 117 », s’est-il borné à dire.

Il n’a pas voulu s’avancer non plus sur la possibilité d’installer des murets de béton pour séparer les deux voies actuelles sur la route 117 au nord de Labelle.

SOS 117 et la députée ravis

L’annonce du ministre des Transports concernant la sécurité sur la route 117 le 30 janvier a réjoui la députée de Labelle Chantale Jeannotte et le président du comité SOS 117 Pierre Flamand.

C’était la première fois, le 30 janvier, que le ministre François Bonnardel rencontrait tous les représentants du comité SOS 117 ensemble. Le président de celui-ci et maire de Lac-des-Écorces, Pierre Flamand, s’est dit très satisfait de la rencontre. « La rencontre a été très productive, soutient-il. Nous avons senti la volonté du ministre de sécuriser la route jusqu’à Mont-Laurier. Il nous a présenté les trois scénarios étudiés dans l’étude d’opportunité du gouvernement, qui est en train de se finaliser et qui va être enfin déposée. »

Rappelant que cette étude d’opportunité, annoncée par le gouvernement libéral de Philippe Couillard en toute fin de mandat, n’avait encore jamais été complétée, et que le projet est inscrit depuis au Plan québécois des infrastructures (PQI), M. Flamand se dit heureux de voir le travail avancer sur le plan politique. « Il faut remonter à 2005 et 2009 pour voir des travaux de sécurité faits sur la route 117 dans les Hautes-Laurentides. L’étude d’opportunité des libéraux de 2011, elle, avait été mise sur une tablette. Depuis, le tronçon qui relie Labelle à Mont-Laurier est devenu le plus meurtrier au Québec, avec en moyenne trois morts par année. Faut que ça arrête! », soutient-il.

Le président de SOS 117 n’a pas voulu dire lequel des trois scénarios proposés par Québec (élargissement de l’axe actuel, élargissement de la route qui serait détournée ailleurs et aménagements de la route actuelle sans l’élargir) était son préféré. Il n’a pas voulu s’avancer davantage sur l’installation de bandes rugueuses entre les deux directions annoncées par le ministre.

Réactions de Chantale Jeannotte

La députée Chantale Jeannotte, représentante de Labelle à l’Assemblée nationale pour la Coalition Avenir Québec (CAQ), est en bonne partie responsable de cette rencontre entre le ministre et le comité SOS 117, elle qui aurait multiplié les démarches pour voir la route 117 être aménagée de façon plus sécuritaire dans sa circonscription. Elle se dit très heureuse de la tournure de la rencontre du 30 janvier.

« Il s’agit de mon dossier prioritaire, rappelle-t-elle. Je suis contente que l’ensemble du comité SOS 117 ait pu rencontrer mon collègue ministre, M. Bonnardel, pour se faire présenter les études comparatives », a-t-elle soutenu.

La députée de Labelle applaudit par ailleurs la décision d’installer à compter de cet été une bande rugueuse entre les deux directions sur la 117, de Labelle à Rivière-Rouge. « Je crois que ça peut faire une différence », avance-t-elle. Rappelons qu’elle-même a été victime d’un accident sur la 117 dans la première année suivant son élection.

En parallèle au projet majeur, un plan d’intervention sur la route 117 est en réalisation. À ce jour, plus de 263 M$ ont été investis en vue de l’accomplissement de plusieurs projets pour améliorer la sécurité des déplacements entre les régions des Laurentides, de l’Outaouais et de l’Abitibi-Témiscamingue.

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer