L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
1 avril 2019

La deMOIs’aile finaliste aux Prix d’excellence en français Gaston-Miron

L’initiative La deMOIs’aile, qui vise à développer l’estime de soi et les habiletés en écriture des adolescentes de la région, a bien failli repartir avec le Prix d’excellence en français Gaston-Miron, remis lors du Rendez-vous de la Francophonie. Le projet était finaliste dans la catégorie « Organisme ».

Maxime Coursol

Une photo avec les finalistes, toutes catégories, des Prix d’excellence en français Gaston-Miron et les dignitaires présents à la cérémonie. On reconnaît Marie-Ève D’Amours, de La deMOIs’aile, au 2e rang (4e à partir de la gauche).
Une photo avec les finalistes, toutes catégories, des Prix d’excellence en français Gaston-Miron et les dignitaires présents à la cérémonie. On reconnaît Marie-Ève D’Amours, de La deMOIs’aile, au 2e rang (4e à partir de la gauche).
© Photo gracieuseté – SNQL

En présence de nombreux dignitaires, la fondatrice de La deMOIs’aile, Marie-Ève D’Amours, était au Théâtre Gilles-Vigneault, à Saint-Jérôme, pour savoir si elle remporterait un de ces prix régionaux, décernés chaque année depuis 2012 à des personnes, des entreprises ou des organismes qui se distinguent par leur contribution à la promotion et à la valorisation de la langue française sur le territoire des Laurentides.

Finalement, dans sa catégorie, c’est plutôt la Maison populaire d’Argenteuil, un organisme communautaire en alphabétisation qui œuvre depuis 27 ans sur le territoire de la MRC d’Argenteuil, qui a remporté le Prix. Bonne joueuse, Mme D’Amours se dit très heureuse d’avoir simplement eu l’honneur d’être mise en nomination. « La deMOIs’aile est encore toute jeune, ça ne va faire que deux ans, le 16 mai prochain, que le projet existe. C’est parti d’une idée un peu folle et, en deux ans, cette idée-là s’est implantée dans trois écoles secondaires des Laurentides et a changé la vie de plusieurs jeunes filles. Pour moi, être finaliste, c’était déjà une victoire! »

La deMOIs’aile est en effet active depuis l’automne 2017 à l’école secondaire Curé-Mercure de Mont-Tremblant et, depuis l’automne 2018, aux écoles A-N-Morin de Sainte-Adèle et de Mirabel, dans la localité du même nom. Des démarches ont été entreprises pour l’implanter également à la Polyvalente des Monts à Sainte-Agathe.

L’écriture pour nourrir l’estime

L’idée de base du projet La deMOIs’aile, c’est de donner la chance à plusieurs jeunes filles, durant une période de temps donnée, de s’exprimer. Par le biais d’un blogue, donc de l’écrit, chaque participante écrit un texte sur le sujet de son choix et dans la forme de son choix. Une façon, aux yeux de Marie-Ève D’Amours, de permettre à ces adolescentes de partager leur quotidien et leurs opinions avec d’autres, tout en prenant le temps de réfléchir sur leur identité.

Si au départ, l’écriture de blogue était le moyen pour ces élèves de renforcer leur estime de soi et de se définir elles-mêmes, Mme D’Amours a constaté que le projet a aussi développé les habiletés en langue française des participantes. « Elles relisent leur texte, elles le peaufinent, certaines écrivent même des poèmes. Le fait d’être capable d’écrire en tant que tel, ça renforce leur estime de soi, et certaines se mettent à aimer la langue française parce qu’elles découvrent qu’elles sont bonnes à l’écrit. Si je me prends en exemple, moi-même, je n’étais pas la plus douée en français au secondaire. Écrire un blogue m’a permis de m’améliorer et j’en suis venue à aimer l’écriture. C’est la même chose que je vois chez les filles des trois écoles », déclare-t-elle.

Marie-Ève D’Amours se dit très fière de valoriser l’usage du français chez les jeunes, par le truchement de La deMOIs’aile. Elle souligne également le soutien important du milieu de l’éducation envers le projet. « C’est un enseignant impliqué dans le projet qui m’a suggéré de déposer une candidature aux Prix d’excellence en français Gaston-Miron. Je suis contente de se démarquer comme un projet porteur pour les ados, mais aussi pour transmettre la langue française », conclut-elle.

Les Prix d’excellence en français Gaston-Miron sont remis conjointement par la Société nationale des Québécoises et des Québécois, région des Laurentides (SNQL) et le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL).

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer