L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 janvier 2019

À mi-chemin de la saison

Une année de grand cru pour Première Scène

La saison 2018-19 de Première Scène Mont-Tremblant a été marquée par un automne exceptionnel, selon son directeur artistique et de la programmation. Voilà qui augure bien pour l’hiver et le printemps.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

Le prochain spectacle qui entamera l’année 2019 à Première Scène est celui du bluesman bien connu Harry Manx, le 9 février à 20h.
Le prochain spectacle qui entamera l’année 2019 à Première Scène est celui du bluesman bien connu Harry Manx, le 9 février à 20h.
© L’information du Nord – Archives

Selon Martin Lapierre, en huit ans d’existence pour Première Scène, c’est la mi-saison ayant connu le plus fort achalandage. « Souvent, c’est plutôt lent l’automne, car le public a la tête à la rentrée des classes puis au temps des Fêtes. Cette année, par contre, on a vraiment remporté un bon succès », confie-t-il. Les spectacles de Roxane Bruneau, Guylaine Tanguay et Steve Provost ont affiché complet (même la supplémentaire pour ce dernier), tandis que la salle était presque à pleine capacité pour Michel Pagliaro et Vincent Vallières.

« Je vais me permettre de me lancer quelques fleurs en disant que la programmation est responsable de ce succès, dit le directeur artistique d’un ton taquin. Mais je pense aussi que ce qui a joué beaucoup, c’est que pour la première fois cette année, nous avons une billetterie en ligne. Ça facilite beaucoup les choses. Nous avons aussi lancé une vidéo promotionnelle ce printemps qui a été beaucoup visionnée et partagée sur les réseaux sociaux. » Le coût des billets, qui sont tous vendus entre 30$ et 38$, y est certainement aussi pour quelque chose.

Pour tous les goûts

Faut-il s’attendre à ce que le diffuseur poursuive sur cette lancée en 2019? Martin Lapierre croit que oui. « Nous avons des artistes de grand talent qui s’en viennent et qui ne sont pas toujours faciles à mettre la main dessus, affirme-t-il. Si on prend le cas d’Harry Manx, il ne vient qu’une ou deux fois par année au Québec, c’est donc un travail de longue haleine pour l’avoir. Karen Young, qui est une sommité du jazz, sera aussi de passage avec Marianne Trudel le 2 mars. »

« Nous avons aussi le groupe The Lost Fingers qui se passe de présentation et deux belles découvertes à faire, David Goudreault et Émile Bilodeau », ajoute-t-il. Un spectacle de musique classique rendant hommage au compositeur québécois André Gagnon, le 16 février, complète le tableau.

Comment M. Lapierre réussit-il à avoir tous ces artistes à Mont-Tremblant? « Je dirais qu’en général, je sollicite une cinquantaine d’artistes par année, pour en avoir seulement une quinzaine qui donneront des spectacles à l’église du Village, confie-t-il. Le secret, c’est de rester à l’affût. Émile Bilodeau, par exemple, est passé par les Francouvertes et chaque année, nous invitons le gagnant de ce concours à venir jouer à Mont-Tremblant. Maintenant qu’il remporte beaucoup de succès, il est content de revenir jouer chez nous. David Goudreault, lui, a remporté la bourse Rideau. C’est comme ça que je l’ai découvert. Il m’a charmé avec son slam plein d’intelligence et sa pertinence, sans oublier qu’il met beaucoup d’humour dans ses textes. »

Pour en savoir plus sur la programmation à venir et acheter des billets, on peut aller sur le site Web villedemont-tremblant.tuxedobillet.com.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer