L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
10 décembre 2019

30e anniversaire de la Concentration musique

Des moments exaltants dans une année phare pour les élèves

« C’est particulièrement fébrile en ce moment. Les élèves ont des étincelles de lumières dans les yeux », lance l’enseignante Annik Piuze, une responsable et bâtisseuse de la Concentration musique qui fête ses 30 ans à l’école secondaire Curé-Mercure cette année.

Yves Rouleau , journaliste

Annik Piuze accompagne les élèves dans leur apprentissage musical depuis les débuts, il y a trente ans. « J’enseigne maintenant aux enfants de mes premiers élèves », lance-t-elle avec fierté.
Annik Piuze accompagne les élèves dans leur apprentissage musical depuis les débuts, il y a trente ans. « J’enseigne maintenant aux enfants de mes premiers élèves », lance-t-elle avec fierté.
© (Photo gracieuseté)

Annik Piuze est aussi enflammée que ses élèves alors que tous se trouvent au beau milieu de leur traditionnelle série de concerts de Noël, un moment fort du calendrier scolaire. L’enthousiasme ne fléchit pas depuis les débuts du programme de la Concentration musique en 1989.

« Nos plus jeunes, en secondaire 1 ne touche les instruments que depuis quelques semaines. On comprend que nos concerts de Noël, c’est un beau moment marquant pour eux », dit-elle.

Pour sa part, l’enseignante de musique ne se sent pas bien différente aujourd’hui, qu’au tout début du programme. « Le contact de la jeunesse me garde jeune. Impossible de tomber dans l’ennui de la routine parce qu’il n’y a jamais deux cohortes d’élèves tout à fait semblables. C’est une expérience renouvelée chaque fois », explique-t-elle.

Un programme populaire

Cet enthousiasme intact se répercute certainement sur tout le programme et par ricochet sur l’attrait qu’exerce la Concentration musique auprès des jeunes. « Dès la première année, il y a trente ans, on a pu intéresser une soixantaine d’élèves, en deux groupes. L’intérêt se maintient au fil des ans », relate l’enseignante.

À titre de seule Concentration musique de la région, le programme recrute par ailleurs dans un large rayon. Tôt dans l’année scolaire, les enseignants se déplacent dans les écoles primaires pour se lancer dans ce qu’Annik Piuze appelle « l’opération Grande Séduction ». Celle-ci est menée auprès des élèves de 6e année.

L’enseignante précise que la Concentration musique, qui comprend également l’enseignant Jean-Michel Benoit-Lemire, ne part pas en quête de virtuoses de la musique. « Nous recherchons des élèves qui ont, certes, des aptitudes pour la musique instrumentale. Mais d’abord et avant tout, on recherche des jeunes qui ont le désir d’apprendre et la volonté de faire les efforts nécessaires. S’ils ont la bonne attitude, on va les aider à évoluer musicalement », mentionne-t-elle.

La Concentration musique se veut un milieu sécurisant et apaisant pour les élèves soutient Mme Piuze. « Il y a chez nous une ambiance très sereine et ouverte. Les élèves ne ressentent aucune hésitation à entrer dans le bureau des enseignants pour leur parler », dit-elle.

D’autres moments exaltants

Après les derniers concerts de Noël de la série 2019 (le 12 décembre pour les secondaires 3, puis le 17 décembre, pour les secondaires 1 et 2) et la pause de Noël, les élèves vont reprendre le collier et le degré d’enthousiasme et d’intensité va rapidement grimper, mentionne l’enseignante.

Ce prochain semestre sera particulièrement mémorable puisqu’on offrira deux concerts spéciaux d’anniversaire, une situation inédite dans l’histoire de la Concentration musique.

D’abord on se préparera pour un concert soulignant les 30 ans du programme avec René Dupéré, un compositeur de renommée internationale. M. Dupéré a accepté l’invitation des enseignants pour réaliser les arrangements musicaux du concert exceptionnel. « Il viendra rencontrer nos élèves à deux reprises. C’est vraiment une chance incroyable », dit-elle.

Puis en mai, les élèves vont offrir un concert pour le 50e anniversaire de l’école Curé-Mercure, sous le thème du Petit Prince, le fabuleux roman d’Antoine de Saint-Exupéry.

Entre-temps, les élèves musiciens vont participer à des festivals musicaux dans différentes villes dont New York, des intermèdes à la fois exaltants et formateurs pour eux, relate Annik Piuze qui continue de rajeunir dans son univers où se propage un enthousiasme contagieux.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer