L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 juin 2016

Le Demi-Marathon opte pour la qualité afin de survivre

Même s’il est un événement chouchou à Mont-Tremblant, le Demi-Marathon est lui aussi victime de la saturation du marché de la course à pied au Québec.
Le Demi-marathon Mont-Tremblant a connu un grand succès depuis ses débuts, en 2010: il tente maintenant de se rentabiliser pour survivre.
Le Demi-marathon Mont-Tremblant a connu un grand succès depuis ses débuts, en 2010: il tente maintenant de se rentabiliser pour survivre.
© TC Media – Archives
Même s’il est un événement chouchou à Mont-Tremblant, le Demi-Marathon est lui aussi victime de la saturation du marché de la course à pied au Québec.

Lors de sa première édition, en 2010, le Demi-Marathon de Mont-Tremblant était le seul événement de course des Hautes-Laurentides. Six ans plus tard, le portrait a bien changé, et cela s’en ressent sur son nombre de participants. Après un sommet historique en 2014, l’événement a connu une décroissance de coureurs, oscillant depuis deux ans autour du nombre de 3000 participants.

La productrice Dominique Langelier croit cependant que la réponse de la communauté locale, autant les commanditaires que les bénévoles, permet d’espérer des jours heureux pour son événement.

«On ne se le cachera pas, notre événement est précaire: mais la communauté est vraiment derrière l’événement, et c’est déjà très important pour son maintien», dit-elle.

Elle croit qu’offrir une expérience de qualité est la clé de la survie de son événement. «Même si nous tentons davantage de nous rentabiliser après avoir investi à cause de l’expansion du Demi-Marathon, on a des valeurs et on n’est pas prêts à couper ça», argue-t-elle.

Ces valeurs, c’est l’assurance de pouvoir courir sur un parcours sécuritaire, avec des bénévoles très avenants et quelques cadeaux inclus dans le billet de participation, tel le dîner après la course.

Un endroit et un moment prisés

Mme Langelier croit également que le Demi-Marathon de Mont-Tremblant pourra continuer à tirer son épingle du jeu à cause du moment où il se tient, soit la mi-août.

«Dès l’an 1, nous voulions avoir lieu sept semaines avant le Marathon de Montréal. Pourquoi? Parce que c’est un bon timing: il est recommandé aux marathoniens de courir 21,1 km environ sept semaines avant, pour se préparer à la course de 42,2 km, mais avoir le temps de récupérer.»

L’emplacement de Mont-Tremblant favorisera aussi sans doute la survie de l’événement. Se trouvant relativement près de Montréal et Ottawa, deux pôles importants au Canada pour les marathons, il réussit à drainer une clientèle de ces deux grandes villes. De plus, comme le relief est accidenté dans les Laurentides, les coureurs compétitifs y trouvent leur compte, puisque cela augmente leurs performances sur les parcours plats.

L'édition 2016 du Demi-Marathon de Mont-Tremblant aura lieu le dimanche 14 août.

Partager:

À ne pas manquer