L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 août 2019

Demi-Marathon de Mont-Tremblant: Flirter avec un lapin!

Au cours d’un événement sportif qui nous fait puiser dans nos réserves d’énergie et qui nous pousse à dépasser nos limites, on rencontre inévitablement des perches, des petites doses de courage qui se présentent sous différentes formes. Le défi reste de les saisir et de s’en servir pour se rendre au fil d’arrivée! Tactique que j'ai utilisé sans modération lors du Demi-Marathon de Mont-Tremblant dimanche dernier!

Sandra Mathieu , Collaboratrice

Notre collaboratrice Sandra Mathieu qui a complété le Demi-Marathon de Mont-Tremblant dimanche dernier est accompagnée de sa fille Toscane au fil d'arrivée du 1 km pour enfants.
Notre collaboratrice Sandra Mathieu qui a complété le Demi-Marathon de Mont-Tremblant dimanche dernier est accompagnée de sa fille Toscane au fil d'arrivée du 1 km pour enfants.
© Photo gracieuseté

Le seul fait de participer à cette 10e édition historique et bien rodée, dans un environnement spectaculaire en pleine nature, m’a permis de partir du bon pied et sous le soleil en prime! Grâce au service de navette efficace, j’ai pu laisser ma voiture et mes supporters, sur la rue de Saint-Jovite dans le village, à quelques pas de l’arrivée à l’Hôtel de ville.

C’est au son de la pièce Thunderstruck de AC/DC que les quelque 1000 participants ont pris le départ du 21,1 km à la Place Saint-Bernard après un réchauffement de groupe. Au cœur de cette énergie palpable et contagieuse, j'ai tout de suite repéré le lapin de cadence 1h55 et je me suis fait la promesse de le talonner jusqu'à la fin. 

Ma playlist « C'est bon pour le moral » sur Applemusic a par la suite pris le relais musical et m'a accompagnée pour le début de la course. Au kilomètre 11, à mi-parcours, j'ai enlevé mes écouteurs et opté pour la trame sonore des encouragements de la foule dispersée aux différentes intersections.

Les rencontres qui font la différence

Le Demi-Marathon de Tremblant en est un « côteux », et chaque montée arrive avec son lot de défis physiques et mentaux, que ce soit au niveau de la lourdeur dans les jambes, l'essoufflement ou encore des pensées négatives. Lors d'un dénivelé particulièrement ardu, j'ai croisé un papa qui poussait son adolescent handicapé dans un chariot. Parce que c'est aussi ça un événement sportif: relativiser et se laisser inspirer par les autres. C'est également une si belle occasion de mordre dans la vie!

Alors que j'apercevais mon lapin me semer tranquillement au kilomètre 16, j'ai eu la chance de faire la rencontre de Guy, un coureur et triathlète à la jasette sympathique qui m'a encouragée sans le savoir par ses conseils et son tempo. On a franchi côte à côte, en sprintant, le fil d'arrivée tout juste sous la barre des 2 heures.

Je devais rapidement reprendre mes esprits et trouver encore un peu d'énergie pour accompagner ma fille de sept ans au 1 km pour enfants dans l'heure suivante. Un bel accomplissement mère-fille qu'elle a appréciée... mais l'an prochain, elle me confie qu'elle vise le 5 km. On a de la belle relève dans les Laurentides!

Équipe de feu

La productrice Dominique Langelier, entourée d’une équipe de feu, a encore une fois réussi de main de maître à offrir un événement sans anicroche. Assurément que les 400 bénévoles dédiés et souriants ont penché dans la balance. Alain Cyr, animateur fidèle au poste depuis une décennie, a encore une fois été à la hauteur avec son dynamisme incomparable.

Fait à ne pas négliger: la sécurité est prise très au sérieux et bénévoles, policiers et patrouilleurs sont nombreux tout au long du parcours. Chaque coureur peut donc se concentrer sur son objectif personnel sans se soucier des voitures et autres obstacles.

Cette première participation me donne sans conteste envie de récidiver! À l'an prochain, cher lapin... je flirterai peut-être cette fois avec le 1h50 ou le 1h45, qui sait?

Partager:

Sandra Mathieu , Collaboratrice

  • Courriel

À ne pas manquer