L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
7 mai 2019

École secondaire Curé-Mercure

Floriane et Noëllie ont donné un second souffle au basketball féminin

Deux élèves qui ont contribué à revitaliser le basketball féminin à l’école secondaire Curé-Mercure vont transporter leur enthousiasme pour ce sport au collège l’an prochain. Noëllie Bouchard s’alignera avec les Griffons du Cégep de l’Outaouais alors que Floriane Brophy portera les couleurs des Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme.

Yves Rouleau , journaliste

Floriane Brophy, à gauche, et Noëllie Bouchard étaient toutes deux partantes cette saison avec l’équipe de basketball juvénile de l’école secondaire Curé-Mercure. L’an prochain, elles poursuivront leurs études au collège tout en s’alignant avec l’équipe de basketball de leur institution respective.
Floriane Brophy, à gauche, et Noëllie Bouchard étaient toutes deux partantes cette saison avec l’équipe de basketball juvénile de l’école secondaire Curé-Mercure. L’an prochain, elles poursuivront leurs études au collège tout en s’alignant avec l’équipe de basketball de leur institution respective.
© L’information du Nord – Yves Rouleau

Le basketball se mourrait à Curé-Mercure lorsque les deux joueuses ont chaussé les espadrilles à leur entrée à cette école. On peut dire qu’elles ont donné une impulsion au sport puisqu’elles quittent leur école alors que le programme est en plein élan. L’équipe a terminé la saison avec une fiche de .500 et a participé aux Championnats régionaux.

Pour Floriane, une ailier à caractère offensif, le basketball, elle l’a dans les gènes. « Mon père a beaucoup joué à l’école, jusqu’aux rangs collégiaux », mentionne la jeune Tremblantoise de 17 ans.

Floriane est une sportive qui joue également au rugby et au flag football à l’école. « Je suis une fille active qui a besoin de dépenser de l’énergie. Je donne tout ce que j’ai pendant les matchs. J’évacue tout le stress en moi », mentionne-t-elle.

Floriane a déjà fait connaissance avec certaines de ses futures coéquipières des Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme et même endossé l'uniforme lors d'un tournoi avant les Fêtes et aussi, dernièrement, lors de pratiques. « On m’a fait jouer plus que je ne l’aurais pensé lors du tournoi, au moins quinze minutes. Je ne me suis pas sentie surclassée », relate-t-elle.

« J’ai vraiment hâte. Je ne sais pas si j’aurais autant le goût si ce n'était du basketball », souligne celle qui étudiera en éducation à l’enfance.

Lorsqu’elle est arrivée à Curé-Mercure, il n’y avait pas d’équipe de basketball. Avec une amie, Marilou Prévost, elle a mis sur pied une équipe benjamine. « Je ne l’ai jamais regretté », affirme-t-elle.

En route pour l’Outaouais

Une autre partante des Voyageuses de l’école secondaire Curé-Mercure, Noëllie Bouchard, poursuivra pour sa part ses études au Collège de l’Outaouais et s’alignera avec l’équipe des Griffons.

L’entraîneur Ernest Malo a remarqué la dynamique meneuse de jeu de Mont-Tremblant lors d’un tournoi cette saison.

« Il m’a invité à pratiquer avec l’équipe. J’ai senti qu’il souhaitait me compter dans son équipe », affirme la sportive de 17 ans qui étudiera en technique policière.

L’entraîneur a vu en Noëllie une joueuse dynamique, une leader et une habile passeuse, mais manquant un peu de confiance en elle. « C’est ce qu’il m’a dit. Il m’a également invité à continuer à me perfectionner en travaillant sur mes tirs de trois points ».

L’an prochain avec les Griffons, Noëllie entreprendra la saison comme réserviste. Elle compte bien cependant montrer à son entraîneur qu’elle possède l’étoffe d’une partante.

Noëllie est une battante qui met du tigre lorsqu’elle prend goût à une activité. C’est exactement ce qui lui est arrivé au basketball, un sport pour lequel elle ne s’était pas découvert d’atomes crochus avant le secondaire.

« Une amie m’a presque traînée de force à une pratique. Je ne voulais pas y aller. Mais comme il manquait de joueuses, j’ai fini par céder pour lui faire plaisir », relate-t-elle.

Le renversement de sentiment a été aussi catégorique que ses réticences initiales. « J’ai vraiment eu un plaisir fou lors de mon premier match et je n’ai jamais arrêté d’aimer ça ensuite », indique la jeune sportive.

Aussitôt l’entrevue terminée, Noëllie s’est empressée de saisir un ballon et de dribler avec enthousiasme jusqu’au groupe des futures porte-couleurs des Voyageuses, qui écoutaient les directives de l’entraîneur Baptiste Denutte.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer