L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
14 juin 2019

Pour la maître-nageuse Madeleine S. Lanthier

Du plaisir, des rencontres et…six médailles d’or

« J’aime tout simplement nager », affirme Madeleine Sévigny Lanthier, quelques jours après avoir remporté six médailles d’or au Championnat canadien des maîtres-nageurs.

Madeleine Sévigny Lanthier
Madeleine Sévigny Lanthier
© Photo gracieuseté

Pas d’explosion d’orgueil chez la résidante de 76 ans de Labelle qui ajoute qu’au plaisir éprouvé de pratiquer son sport favori s’ajoute celui d’accompagner huit coéquipiers du Club de natation de Mont-Tremblant aux compétitions comme le Championnat au Centre Claude-Robillard à Montréal.

Il se trouve encore le plaisir de faire des rencontres improbables comme celle de cette dame de Vancouver avec laquelle elle s’était entraînée alors qu’encore adolescente, au club sportif MAA de Montréal.

« Même si près de 50 ans se sont écoulés, je vous assure que j’ai reconnu le visage, même si je ne parvenais pas à mettre un nom dessus », relate la sportive.

La dame en question demeure maintenant à Vancouver et s’appelle Elizabeth Frost. Cette rencontre revêtait un caractère très particulier, mais il ne s’agit que d’une parmi d’autres qui se produisent lors d’un événement sportif, assure l’ancienne nageuse de l’équipe nationale canadienne (années 1960).

Madeleine Sévigny Lanthier adore son sport qui lui permettra de rester en forme encore longtemps, est-elle convaincue.

« Il y avait une dame de 89 ans, Judy Oliver, au Championnat et aussi cette autre dame presque aussi âgée qu’on devait aider à se hisser sur le bloc de départ, mais qui nage encore comme un poisson », dit-elle.

L’athlète de Labelle a elle-même goûté certains des aspects uniques de son sport dans les derniers mois. Opéré à un genou l’automne dernier, puis victime d’une fracture à un os de la main qui l’a forcée à porter un plâtre à la fin du mois de mars, elle a tout de même pu reprendre la nage rapidement. « La beauté de ce sport, c’est qu’il n’y a presque pas de risque de blessures, beaucoup moins qu’un sport comme la course à pied en tout cas », mentionne-t-elle.

Madeleine Sévigny Lanthier ressent un léger pincement par ailleurs à l’idée qu’elle ne pourra être de la partie, comme il y a deux ans, lorsqu’elle avait participé au Championnat du monde des maîtres-nageurs en Hongrie. @R:« Les Championnats ont lieu en Corée du Sud cette année et au Japon dans deux ans. Comme on doit assumer toutes les dépenses nous-mêmes, je pense que je vais passer mon tour », dit-elle.

Partager:

À ne pas manquer