L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
4 juillet 2019

Famille Leroux

Le triathlon: une affaire de famille

SANDRA MATHIEU - Les Tremblantois Richard Leroux et sa fille Judith se sont payé un cadeau singulier pour leur anniversaire respectif (60 et 25 ans), le triathlon 70.3 lors du Festival Ironman Mont-Tremblant le 23 juin. Le duo père-fille faisait partie d’un groupe d’une trentaine de participants, amis et membres de la famille, une grande fierté pour M. Leroux qui en était à son 3e demi-Ironman dont un à relais.

Richard Leroux (à droite) avec sa fille Judith et son gendre Justin lors du 70.3 dans le cadre du Festival Ironman Mont-Tremblant 2019.
Richard Leroux (à droite) avec sa fille Judith et son gendre Justin lors du 70.3 dans le cadre du Festival Ironman Mont-Tremblant 2019.
© Photo gracieuseté

« Mon gendre Justin s’est joint à nous également, c’est une inspiration pour nous tous, car il a une condition de diabète sévère, souligne le conseiller en gestion de patrimoine et vice-président pour la Financière Banque Nationale Laval. Ma conjointe Josée n’a pu participer cette année à cause d’une opération à la cheville, mais ce n’est que partie remise pour l’an prochain, elle s’inscrira à l’épreuve Sprint pour s’y remettre doucement. »

Tous les quatre étaient bénévoles pour la première journée du festival, Judith et Justin sur l’eau et M. Leroux et sa conjointe au kiosque d’accueil. Une journée remplie d’action puisque le vent était de la partie et a causé plusieurs abandons lors de l’épreuve de natation.

« Ma conjointe et moi sommes bénévoles depuis la première édition, lance fièrement M. Leroux. Nous aimons beaucoup cet événement qui est très bien organisé et l’ambiance est incroyable. Le parcours des trois disciplines est magnifique et c’est notre terrain de jeu de tous les jours puisqu’on y habite. »

Pour M. Leroux, le triathlon est chaque année l’objectif qui le pousse à s’entraîner avec discipline, et ce de 7 à 12 heures par semaine à partir de décembre. Il apprécie la communauté tissée serrée qui s’est créée autour de l’événement et des entraînements. Pour sa part, la course est le plus grand défi alors que sa fille et son gendre sont à ses yeux des naturels dont la capacité de récupération est impressionnante.

« L’an prochain, mon garçon et sa blonde se joignent à nous et on fera le 5i50! », s’enthousiasme l’athlète

Partager:

À ne pas manquer