L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 août 2019

Favoris de l’Ironman 2019

Cody Beals et Lionel Sanders prêts pour un match revanche

L’Ironman de Mont-Tremblant pourrait donner lieu à un duel tout ontarien pour une deuxième année de suite, le 18 août. Le vainqueur de l’an dernier, Cody Beals, tentera de répéter son exploit, mais il devra compter avec Lionel Sanders, qui rêve de l’emporter ici, après avoir le maître du territoire au 70.3 de Mont-Tremblant à plusieurs reprises.

Il y aura engorgement au départ de l’Ironman: au dernier décompte, 2711 athlètes prendront le départ cette année.
Il y aura engorgement au départ de l’Ironman: au dernier décompte, 2711 athlètes prendront le départ cette année.
© (Photo L’information du Nord – Archives)

L’athlète de Guelph l’avait emporté par un peu moins de trois minutes sur Sanders l’an dernier (8 heures, 10 minutes et 36 secondes), un écart que ce dernier est certainement capable de combler, lui qui connaît bien le parcours de Mont-Tremblant et qui jouit d’un appui du public local dont il s’est attiré les faveurs lors de ses nombreuses présences sur la demi-distance.

Surtout connu à Mont-Tremblant pour ses exploits au 70.3, Sanders est capable de grandes performances en Ironman. Son chef-d’œuvre est une deuxième place au Championnat du monde à Kailua-Kona en 2017.

Un Québécois de Sainte-Anne-des-Lacs dans les Laurentides se voit octroyer le dossard numéro 3. Antoine Jolicoeur-Desroches, un régulier du parcours de Mont-Tremblant, avait obtenu une quatrième place en 2018, un peu de moins de sept minutes derrière l’Américain Matt Russell, en troisième place.

Enlevante lutte chez les dames

Chez les dames, trois athlètes de haut niveau partent favorites. L’une d’elles, l’Américaine Meredith Kessler, est bien connue du public tremblantois. Elle y a gagné l’Ironman 70.3 à pas moins de quatre reprises. Elle compte de plus huit victoires à vie en Ironman.

Le défi sera grand pour Kessler. L’Australienne de Brisbane Carrie Lester ne voudra pas s’en laisser imposer. Elle revendique cinq victoires en carrière en Ironman, dont une victoire à l’Ironman de France l’an dernier. Lester a également remporté le triathlon de très longue distance Embrunman (France) à deux reprises.

Parmi les autres grandes aspirantes, l’Américaine Sarah Brooke True. Cette excellente coureuse de longue distance n’a pas encore été capable de faire sa marque à l’Ironman toutefois. La victoire semblait à sa portée, l’an dernier, au championnat de l’Ironman d’Europe, à Francfort. Menant par 7 minutes à quelques kilomètres de la fin de l’épreuve, elle s’est effondrée victime de l’épuisement et de la chaleur accablante. Les images de cette malencontreuse fin ont fait le tour du monde sur les réseaux sociaux.

C’est l’athlète de Victoria Mélanie McQuaid qui a sans doute les meilleures chances de l’emporter parmi les représentantes canadiennes. L’athlète de 46 ans s’est distinguée en Ironman 70.3 au cours de sa carrière d’une remarquable constance. Elle a brillé à plusieurs occasions au Championnat du monde Xterra – Maui, aux États-Unis.

Rappelons que l’Australienne Liz Blatchford avait décroché la victoire chez les dames l’an dernier. Elle avait franchi la distance en 9 heures, 16 minutes et 45 secondes.

Le départ de l’Ironman 2019 est donné à 6h35 au Club Plage & Tennis. La cérémonie protocolaire commence à 6h15. 

Au dernier décompte, il y avait 2711 athlètes de 43 pays inscrits. Quarante-six des participants sont des professionnels, autant d’hommes que de femmes. Ce sont les États-Unis, avec 1315 participants qui revendiquent la plus forte délégation, suivi du Canada avec 1215 inscrits. Parmi les inscrits, on comptait notamment 1 Japonais, 1 Argentin et…1 athlète du Saint-Siège.

Partager:

À ne pas manquer