L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
2 août 2019

Trois femmes des Laurentides gagnent la Coupe Femina 2019

Le 6 juillet, 34 bateaux quittaient le port de Lévis afin de naviguer sur le fleuve Saint-Laurent contre vents et marées dans le cadre de la Coupe Femina. Parmi ces voiliers, trois femmes des Laurentides, dont deux de Saint-Faustin-Lac-Carré, se sont classées premières dans leur catégorie.

L’équipage 100% féminin composé de Denise Roose, Johanne Messier et Nathalie Bibeau est arrivé en première position dans la catégorie Evolution de la Coupe Femina 2019.
L’équipage 100% féminin composé de Denise Roose, Johanne Messier et Nathalie Bibeau est arrivé en première position dans la catégorie Evolution de la Coupe Femina 2019.
© Photo gracieuseté - Pierre Langevin

L’équipage 100% féminin était constitué des Faustilacoise Denise Roose et Johanne Messier ainsi que de l’Adèloise Nathalie Bibeau.

Cet événement annuel a pour objectif d’inciter les femmes à prendre place dans cette discipline qu’est le sport nautique, favorisant ainsi le travail d’équipe et la confiance en soi, solidarité féminine comprise.

La régate n’aurait pas lieu sans les propriétaires de bateaux, qui s’impliquent dans le défi de ces femmes en leur prêtant leur voilier. Si le propriétaire est sur le bateau lors de la course, les règlements stipulent qu’il ne doit effectuer aucune manœuvre.

L’itinéraire

Le jour de la course, le départ a eu lieu un peu avant 9h afin de permettre aux voiliers de suivre le courant. Le parcours est d’ailleurs déterminé par la marée du majestueux fleuve Saint-Laurent.

C’est par un temps nuageux que les navires ont quitté le port de Lévis pour se diriger vers Cap-Rouge, pour ensuite redescendre vers la Baie de Beauport. Un trajet qui dura entre cinq et six heures à bord d’un « Tanzer 26 », baptisé Solinor. Son propriétaire, Daniel Bouchard de Québec, était présent à titre de passager; aucune directive aux participantes tel que stipule les règlements de la régate.

« Les obstacles n’étaient pas de tout repos. Nous avons croisé des bateaux prioritaires que nous avons dû laisser passer, tels que des navires de cargaisons », raconte Johanne Messier. « Avec la pluie, la visibilité était parfois réduite et à d’autres moments, le brouillard s’ajoutait au défi, précise Nathalie Bibeau. Entre les changements de direction répétés, l’équipe devait voir à ce que le bateau ne se laisse point emporter par le courant, risquant ainsi d’accrocher des bouées lors du parcours.

Une femme inspirante

Denise Roose a assuré le départ du navire avec brio en compagnie de ses deux coéquipières.

Résidente de Saint-Faustin-Lac-Carré et travailleuse sociale à la retraite, elle se passionne pour la voile depuis plus de trente ans. Son voyage de noces a grandement collaboré à développer cette passion puisque le couple avait décidé de faire le tour du monde en voilier pour souligner leur union. Un périple qui a duré près de neuf années.

Peu après son retour, Mme Roose a participé au premier Transat Québec St-Malo (France) en 1984. Elle inspire depuis plusieurs femmes à réaliser leurs rêves, malgré l’envergure de ces derniers.

Partager:

À ne pas manquer