L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
20 août 2019

Ironman Mont-Tremblant

Hommage aux hommes et femmes de fer!

Longtemps après avoir quitté le village piétonnier de Tremblant dimanche dernier, l’écho de la voix officielle du IRONMAN Mont-Tremblant résonnait dans ma tête. En effet, à l’arrivée de chacun des participants sous l’arche grandiose, Mike Reilly s’exclame tel un mantra, toujours avec la même conviction et son énergie contagieuse: You are an Ironman!

Sandra Mathieu

Les participants qui franchissent la ligne d’arrivée sont accueillis par les mots « You are an Ironman! », comme ici l’athlète australienne Carrie Lester qui a terminée en première position chez les femmes.
Les participants qui franchissent la ligne d’arrivée sont accueillis par les mots « You are an Ironman! », comme ici l’athlète australienne Carrie Lester qui a terminée en première position chez les femmes.
© Photo L’information du Nord – Jean-Marie Savard

Qu’ils soient professionnels ou amateurs, hommes ou femmes, jeunes ou moins jeunes et peu importe leurs commanditaires, la marque de leur vélo et leur pays d’origine, chacun des 2 230 athlètes qui a terminé la course a eu droit au même accueil pour souligner l’apogée d’une histoire unique, de sacrifices et de persévérance sans borne. Ils méritent le plus grand des respects pour avoir complété ces 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,2 km de course sous le soleil cuisant et l’humidité de cette journée historique.

On souligne bien sûr l’impressionnante victoire des grands gagnants, mais il ne faut surtout pas oublier l’ultime défi personnel que les amateurs se sont un jour lancé pour différentes raisons. La beauté d’être témoin privilégié de cet incroyable accomplissement réside sans conteste dans la chance d’être aux premières loges de la réaction du corps et du non verbal après toutes ces heures d’effort. Plusieurs ont le sourire fendu jusqu’aux oreilles et arrivent triomphants, d’autres pleurent à chaudes larmes et sautent dans les bras du bénévole qui leur passe la médaille au cou, certains s’effondrent littéralement une fois toute l’adrénaline épuisée, d’autres terminent tranquillement avec l’air incrédule de quelqu’un qui n’en croit pas ses yeux.

Au fil des heures qui passent, on peut recueillir des bribes d’histoire de vie toujours inspirantes. Et que dire des bénévoles et de l’équipe médicale en place, une clinique d’un jour qui est réputée à travers le monde pour son efficacité et son organisation au quart de tour. Les professionnels de la santé, qu’ils soient paramédics, pompiers, infirmiers ou médecins, s’affairent comme des petites abeilles dans le QG tout près du fil d’arrivée.

Chaque spectateur a son rôle à jouer dans ce grand puzzle coloré au son de la musique endiablée du matin au soir. Que ce soit aux espaces de transitions ou encore lors du passage des athlètes au cœur du village piétonnier pour leur deuxième boucle de course, petits et grands encouragent avec passion les êtres chers et au passage tous les autres athlètes. Ils sont munis d’affiches, de t-shirts assortis, de photos géantes, de trompettes et de cloches à vache, l’ambiance est à son comble et personne ne s’essouffle avant la toute fin, soit quand l’horloge affiche minuit, heure limite pour compléter le parcours, plus de 17 heures après le départ!

À LIRE AUSSI:

Ironman: une journée de records pour la 8e édition

Charles Schwartz: quand changer de vie mène à un Ironman

 

Partager:

Sandra Mathieu

  • Courriel

À ne pas manquer