L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
21 février 2020

Un vent d’optimisme souffle sur le projet

La Grande Boucle à quelques kilomètres d’une conclusion

« Les touristes recherchent de plus en plus des activités santé en nature », relate le président de la Grande Boucle Tremblant, Serge Dubois, au sujet de ce sentier de plein air toutes saisons, qui reste toujours à achever 16 ans après le lancement de l'idée.

Yves Rouleau , journaliste

Une bonne partie de la Grande Boucle emprunte un sentier du Parc du Mont-Tremblant. Celui-ci assure l’entretien de la piste et le maintien d’aires de repos pour les randonneurs. Pour la balance, divers organismes comme Ski de fond Mont-Tremblant, Accès-Nature Laurentides et le Réseau Inter-Centre assurent l’entretien du sentier, des panneaux d’affichage et des refuges comme celui-ci, indispensables en hiver. Les sommes recueillies par la Fondation Grande Boucle Tremblant permettent entre autres la construction d’installations
Une bonne partie de la Grande Boucle emprunte un sentier du Parc du Mont-Tremblant. Celui-ci assure l’entretien de la piste et le maintien d’aires de repos pour les randonneurs. Pour la balance, divers organismes comme Ski de fond Mont-Tremblant, Accès-Nature Laurentides et le Réseau Inter-Centre assurent l’entretien du sentier, des panneaux d’affichage et des refuges comme celui-ci, indispensables en hiver. Les sommes recueillies par la Fondation Grande Boucle Tremblant permettent entre autres la construction d’installations
© Photo L'info du Nord - Yves Rouleau

L’adepte du ski de fond Serge Dubois est un des initiateurs de la Grande Boucle, un sentier de 80 kilomètres partant des pistes de la Ville de Mont-Tremblant, rejoignant des sentiers d’Accès-Nature Laurentides à Lac-Supérieur, du Réseau Inter-Centre à Val-des-Lacs, avant de se raccorder à un sentier du Parc du Mont-Tremblant décrivant une boucle pour revenir à son point de départ, non sans avoir coulé à l’ombre de la Station Mont-Tremblant. En résumé, c’est un sentier qui s'étire dans trois municipalités, un parc provincial et une station de ski de calibre international.

En comparaison de l’ensemble des sentiers sur le territoire des trois municipalités, ceux-ci s'étalant sur environ 300 kilomètres, la Grande Boucle avec ses 80 kilomètres paraît de prime abord un projet facile à réaliser, mais ce n’est pas le cas, relate Serge Dubois. « Des difficultés de tous genres se sont présentées depuis le début du projet », souligne-t-il.

Néanmoins, l’adepte de l’activité physique demeure résolument optimiste. « Nous n’avons jamais été aussi près d’une conclusion », dit-il.

En fait, deux segments totalisant une vingtaine de kilomètres, l’un dans la Ville de Mont-Tremblant et un autre dans le Parc du Mont-Tremblant, restent à aménager pour fermer la boucle. Le Parc du Mont-Tremblant se dit prêt à aller de l’avant en ce qui a trait à son tronçon manquant, affirme Serge Dubois. Par ailleurs, ce dernier explique qu'il a des entretiens régulièrement avec le maire de Mont-Tremblant et que la question de l’aménagement des 11 kilomètres manquants, à Mont-Tremblant, figure toujours aux discussions.

Diversifier l’offre touristique

L’engagement de Serge Dubois envers la Grande Boucle a toujours tenu à une motivation centrale: diversifier l’offre touristique régionale. « Dès le début, on voulait des sentiers de ski de fond de niveau international qui bonifieraient l’offre touristique », dit-il en précisant que les installations profitent, par ricochet, à la population locale.

Avec l’engouement actuel pour la pratique du vélo, le potentiel toutes saisons du sentier s’accentue, fait remarquer Serge Dubois.

Selon le président, La Grande Boucle s’adressera à des skieurs ou cyclistes aguerris et viendra compléter des circuits plus intermédiaires et familiaux comme le sentier P’tit Train du Nord, les sentiers de la Ville de Mont-Tremblant (Ski de fond Mont-Tremblant), d’Accès-Nature Laurentides à Lac-Supérieur ou de l’Inter-Centre à Val-des-Lacs.

« Avec le développement qui se produit actuellement dans la région de Mont-Tremblant et le parc hôtelier existant, on a tout pour passer à un autre échelon. Il ne manque plus que la volonté et de la vision pour conclure le projet», indique Serge Dubois.

Un projet rassembleur

Pour sa part, le président de la Fondation Grande Boucle Tremblant et également président d’Accès-Nature Laurentides, Serge Lacroix, fait valoir le potentiel du site de la Grande Boucle afin d’accueillir des compétitions internationales. « Toutes les grandes montagnes des Alpes ont ce genre d’installation pour les compétitions importantes », explique-t-il.

Serge Lacroix ne fait pas de secret du fait, par ailleurs, qu’il a été initialement dans le camp des sceptiques au sujet de la Grande Boucle. Il a changé d’avis en réalisant le potentiel de site de compétition de calibre international.

De plus, il considère que le projet est rassembleur au niveau régional. Des organismes de trois municipalités (Mont-Tremblant, Lac-Supérieur, Val-des-Lacs) sont impliqués dans la concrétisation du projet, explique-t-il.

Plus que jamais, les instances politiques municipales sont des supporteurs de la Grande Boucle, estime Serge Lacroix. Il cite l’ouverture du conseil municipal actuel et de l’équipe du maire Steve Perreault à Lac-Supérieur.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer